La pratique du sport, de préférence en solitaire, aura un impact positif sur la population.

Depuis ce jeudi, le monde du sport amateur est à l’arrêt. Footballeurs, rugbymen ou encore hockeyeurs et basketteurs ont dû se résigner à ne plus se rendre dans leurs installations pour s’entraîner, et ce jusqu’à la date du 3 avril. Des mesures qui vont faire changer les habitudes durant quelques semaines. Mais des mesures qui n’empêcheront pas Monsieur Tout-le-monde de faire du sport.

Plusieurs solutions se présentent, à commencer par les activités en solitaire et au grand air. "Je conseillerais aux gens de continuer à pratiquer leur sport en plein air, sans aucune limite", explique Jacques Vanderstraeten, médecin du sport à Woluwe-Saint-Lambert, en région bruxelloise. "Que ce soit du cyclisme, du VTT ou encore de la course à pied, il n’y a aucun risque. Si les gens font ces activités à plusieurs, je conseillerais alors de garder une distance de sécurité d’un voire de deux mètres des autres personnes. À partir du moment où une personne malade hyperventile, elle va excréter du virus plus volontiers. Le mieux est donc de courir seul ou alors de respecter la fameuse distance de sécurité."

Pour ne pas se retrouver à pratiquer leur activité sportive en solitaire, certains décideront de se rendre dans diverses salles de fitness privées qui ont gardé leurs portes ouvertes. Pour ces sportifs téméraires, des précautions doivent être prises. "Il faut se trouver à la fameuse distance de sécurité des autres sportifs", avance Jacques Vanderstraeten. "Il faut aussi faire en sorte de se trouver dans une pièce avec un minimum de ventilation. À partir du moment où l’on fait des efforts nécessitant une participation respiratoire importante ou une hyperventilation, il peut y avoir des risques."

Dans tous les cas, notre médecin du sport encourage la population belge à pratiquer du sport durant les jours qui arrivent. "Faire du sport aura un impact sur le mental du sportif", commente Jacques Vanderstraeten. "Cela jouera alors indirectement sur son immunité. Ensuite, l’activité sportive aura aussi un impact direct sur cette immunité. Il suffit de faire peu d’exercices physiques pour ressentir des conséquences positives : en étant à 30 % de son VO2 Max (NdlR : consommation maximale d’oxygène du sportif), on stimule déjà l’immunité."