On parle très souvent des effets secondaires liés au vaccin anti-Covid (notamment ceux causés par le vaccin AstraZeneca) mais une question revient régulièrement sur la table : est-il indiqué de prendre du paracétamol avant de se faire vacciner, afin d’éviter fièvre, douleurs musculaires et autres réactions ? "Il est recommandé de ne pas prendre du paracétamol au moment de la vaccination ou en prévention mais dès que les premiers symptômes apparaissent (maux de tête ou autre). Il faut d’ailleurs rappeler que la majorité des gens ne présentent pas de symptômes autres qu’une douleur au bras après l’injection", rapporte le professeur Jean-Michel Dogné, membre de la task force vaccination, expert en sécurité des médicaments à l’OMS et à l’Agence européenne du médicament.

Il est donc vivement conseillé de ne pas anticiper la prise de paracétamol, d’autant plus que les vaccins ARN messagers n’entraînent pas autant d’effets indésirables que les vaccins de type adénovirus.

"De plus, les maux de tête ou courbatures n’apparaissent pas directement après la piqûre mais bien six voire sept heures plus tard. Donc, le paracétamol pris avant le vaccin ne servirait à rien et n’aurait pas d’effet. Il est d’ailleurs recommandé de le prendre avec modération et seulement quand des symptômes surviennent."

L’autre question, c’est de savoir si la prise de ce médicament peut avoir une influence au niveau immunitaire. "Il a été étudié pour certains vaccins (notamment AstraZeneca) si la prise de paracétamol ou Dafalgan après la piqûre influençait la réponse immunitaire. C’est important car c’est le cas pour d’autres vaccins. Et finalement, il a été démontré que la prise de ce médicament n’influence pas la réponse immunitaire, indépendamment de l’idée de le faire ou pas. Il n’y a donc pas d’impact négatif au niveau de l’immunité conférée par le vaccin."