Santé 80 % des ados en ont et 20% sont sévèrement touchés. À l’ère des réseaux sociaux, cela peut mener à des troubles psy…

"L’acné n’est pas une infection qui doit être banalisée, c’est un problème de santé majeur chez les jeunes sur le plan esthétique et psychologique", souligne le professeur Dominique Tennstedt, dermatologue et dermatopédiatre aux cliniques universitaires Saint-Luc.

Et l’on peut dire que cela touche nos enfants puisque cette maudite affection concerne 80 % des ados et des jeunes. Et parmi ces huit jeunes sur dix qui en ont, 20 % en souffrent de manière sévère. Tandis que 20 % n’en ont pas du tout… Ceux-là peuvent dire merci à maman et papa, car l’acné, "c’est essentiellement génétique, c’est la première raison pour laquelle on en a", explique le dermatologue.

Si l’acné touche autant les ados, c’est aussi parce que l’adolescence est une période marquée par une poussée des hormones sexuelles : tout est chamboulé et on constate aussi une hausse de la production de sébum. L’acné arrive quand il y a excès de sébum et que les pores se dilatent tandis que d’autres se bouchent.