La variole du singe et le vaccin AstraZeneca

La "variole est un des effets secondaires d'AstraZeneca", affirment des internautes, une infox particulièrement répandue dans le monde entier. En guise de "preuve", ils font valoir qu'un "adénovirus de chimpanzé" a été utilisé pour créer le vaccin.

Mais les experts interrogés par l'AFP expliquent que c'est totalement "infondé" et que les deux pathogènes n'ont rien à voir, ils appartiennent à des familles de virus différentes (poxvirus pour la variole du singe et adénovirus pour le Covid-19).

Il n'est "pas possible que cet adénovirus se transforme" en virus responsable de la variole du singe, explique Teresa Lambe, professeur d'immunologie à l'Université d'Oxford.

L'adénovirus est utilisé dans le vaccin comme vecteur, c'est-à-dire comme un simple véhicule pour transporter les instructions génétiques jusqu'aux cellules du vacciné, qui peut alors créer sa réponse immunitaire contre le Covid.

Et comme dans les autres vaccins dits "à vecteur viral", l'adénovirus a été modifié de façon à ne pas contaminer l'organisme du vacciné, ajoutent-ils.

Enfin, la variole du singe doit son nom au fait qu'elle a été découverte pour la première fois chez des macaques en 1958 mais elle n'est pas particulière à cette espèce, note l'Inserm. On le retrouve aussi chez les rongeurs par exemple.

La variole du singe "fomentée" par les "élites"

En 2021, NTI, une organisation américaine spécialisée dans la prévention des risques nucléaires et bactériologiques, a organisé une simulation d'épidémie de variole du singe. La date retenue pour ce scénario fictif ? Mai 2022.

Cette coïncidence est largement instrumentalisée pour affirmer ou laisser entendre que la multiplication de cas de "monkeypox" a été orchestrée.

Comme la Fondation Bill et Melinda Gates fait partie des nombreux contributeurs de NTI, le milliardaire américain - déjà ciblé par de nombreuses thèses complotistes depuis des années - est, de surcroît, accusé d'être derrière cette nouvelle alerte sanitaire.

"Pour les besoins de l'exercice, nous voulions sélectionner un pathogène qui soit plausible dans notre scénario, et nous avons choisi la variole du singe parmi plusieurs options proposées par nos experts", a expliqué NTI, qui souligne que "les risques posés par la variole du singe sont bien documentés depuis des années par de nombreuses autorités sanitaires".

"Ce qu'il faut retenir (de la simulation de 2021, NDLR), ce n'est pas le pathogène en particulier (choisi) dans notre scénario fictif, (mais) le fait que le monde n'est absolument pas préparé à de futures pandémies et que nous devons agir urgemment pour pallier cette faiblesse", ajoute l'organisation.

Une rumeur similaire avait circulé en 2020 à propos du Covid, basée sur une simulation d'épidémie de coronavirus menée en 2019.

La doxycycline, nouveau pseudo-remède

De nombreuses publications affirment que la doxycycline, un antibiotique qui "soigne la variole du singe en deux jours" aurait été interdite par un arrêté du ministère de la Santé.

C'est faux: le texte officiel ne dit pas cela, il permet d'autoriser la vaccination -dans certains cas précis- de personnes exposées au virus de la variole du singe, et ne mentionne pas la doxycycline.

Par ailleurs, la doxycycline n'est pas considérée comme un traitement contre cette maladie, comme l'ont expliqué plusieurs experts à l'AFP, ne serait-ce que parce que c'est un antibiotique, qui sert à lutter contre les bactéries et non les virus.

En revanche, si besoin est, des médicaments antiviraux (comme le tecovirimat) peuvent être utilisés contre la variole du singe, rappellent médecins et autorités sanitaires.