"Il possède en effet des mutations originales dans la protéine S (ou Spike, à la surface du virus) qui sert à reconnaître sa cible. Ces mutations permettent alors une meilleure entrée dans la cellule cible et aussi de contourner l’effet de certains anticorps, ce ne sont pas les mêmes mutations que celles rencontrées chez le variant alpha. Typiquement, ces variants émergent dans des populations partiellement immunisées, où le virus n’a d’autre choix que de changer ou de disparaître", explique Jean Ruelle, virologue à l’UCLouvain et gestionnaire de la plateforme fédérale Covid. 

Et jusqu’ici, son efficacité de propagation est supérieure aux autres variants connus, il est donc plus contagieux. "Ce sont les mutations sélectionnées par ce variant qui lui donnent un avantage. Mais les données restent aujourd’hui contradictoires sur le fait qu’il puisse provoquer des formes plus graves", conclut-il.