L’orthosomnie : une nouvelle habitude qui va de pair avec l’arrivée des nouvelles technologies.

La fatigue, ce "mal du siècle" qui nous empoisonne la vie. Entre nos vies surchargées et le stress du travail, les troubles du sommeil semblent être monnaie courante dans la population. Les techniques pour favoriser l’endormissement se multiplient en même temps que les applications mobiles qui prétendent mesurer la qualité de notre sommeil la nuit. Et voilà que la quête du sommeil parfait se transforme, elle aussi, en… trouble du sommeil. Son nom ? L’orthosomnie. Cette manie de rechercher un sommeil sans faille.

Ce sont des scientifiques américains qui ont mis un nom sur cette nouvelle habitude allant de pair avec l’arrivée des nouvelles technologies. En effet, de nombreuses applications proposent de mesurer la qualité de votre sommeil et vous soumettent chaque matin un rapport complet de votre nuit : sommeil profond, mouvements, sommeil léger, etc. L’utilisation de ces dispositifs de suivi de sommeil est de plus en plus populaire.

Pour certaines personnes, les données récoltées grâce à ces outils connectés ont pris une place étrangement importante dans leur rapport au sommeil. Même si leur nuit a été bonne et qu’elles se sentent en forme, certaines personnes développent une véritable anxiété lorsqu’elles voient que leurs données indiquent une mauvaise nuit.

S’ensuit une quête de la nuit parfaite (sur papier, et non pas dans le ressenti). Cela engendre parfois une pression si forte ("vais-je réussir à m’endormir ?") que l’on passe complètement à côté de l’objectif. À tel point que certaines personnes cherchent parfois à se faire traiter pour des troubles du sommeil autodiagnostiqués dont elles estiment être victimes et qui n’auraient sans doute pas existé si elles n’avaient pas utilisé ces technologies.

Pour certains spécialistes, ces applications sont à éviter si elles sont source de perfectionnisme et d’anxiété. En cas de doute, le mieux reste d’aller faire des tests dans une clinique du sommeil.