Plusieurs patients témoignent des bienfaits de la chloroquine… mais s’inquiètent de ne plus pouvoir être soignés.

Alors que la chloroquine semble être le traitement le plus efficace à l’heure actuelle pour soigner le coronavirus, à l’étranger comme en Belgique, certains patients sortis de l’hôpital se trouvent dans l’impossibilité de se procurer du Plaquenil (l’un des médicaments à base de chloroquine). "Mon beau-frère à été traité en hôpital pour le Covid-19, au Plaquenil, avec succès. Son état évoluant bien, on le renvoie à la maison avec une prescription pour poursuivre le traitement. Tous les pharmaciens nous disent qu’ils ont reçu pour consigne de ne plus vendre de Plaquenil car il est réservé aux hôpitaux", témoigne Maximilien, inquiet de voir ainsi le traitement de son beau-frère interrompu.

En France aussi, plusieurs patients témoignent des bienfaits du traitement. Xavier Fouque, soigné au CHU d’Amiens l’affirme. "Samedi, j’étais un légume. Je ne pouvais même plus ouvrir les yeux tellement la lumière me faisait mal au crâne."

Les premiers signes de la maladie se sont manifestés le 12 mars dernier, s’empirant de jour en jour. "Je me suis senti mourir." Jusqu’à ce que l’on décide de lui administrer le fameux traitement expérimental à base d’hydroxychloroquine. "Dès le lendemain, je me sentais déjà mieux." S’il est toujours un peu faible, après 48 heures de traitement, il entrevoit enfin le bout du tunnel. "Si mon état continue à progresser, je pourrai finir le traitement chez moi, avec des règles strictes de confinement…"

Pour autant que le médicament soit disponible car, en France aussi, la pénurie guette.