580 personnes en moyenne par jour ont été infectées la semaine passée, selon Sciensano, ce qui correspond à un total de 4061 nouveaux cas enregistrés en sept jours. En l'espace d'une semaine, le nombre d'infections a donc augmenté de 16%.

"A travers le territoire, la croissance exponentielle semble interrompue", explique Frédérique Jacobs, porte-parole interfédérale coronavirus. "Les nouveaux cas augmentent mais l'augmentation a ralenti ces derniers jours."


Anvers, Bruxelles et Liège enregistrent le plus de nouveaux cas

Bonne nouvelle dans la ville d'Anvers puisqu'il y a déjà une légère diminution des nouveaux cas. "Si on continue à respecter les mesures, on s'écartera d'une éventuelle deuxième vague", poursuit l'experte. En dehors d'Anvers, ce sont en région de Bruxelles-Capitale et en province de Liège qu'on enregistre le plus grand nombre de nouveaux cas. Environ 520 ont été signalés dans les deux régions la semaine dernière. Là aussi, le nombre de cas augmente, mais moins vite.


En ce qui concerne les hospitalisations, la semaine passée, en moyenne 27 personnes ont été hospitalisées, ce qui constitue une augmentation de 12%. 285 patients sont désormais hospitalisés en raison du covid, dont 69 en soins intensifs. Ces derniers semaines, un tiers des nouvelles hospitalisations ont eu lieu dans la région bruxelloise.

Au niveau des décès, on en dénombrait 3,4 par jour la semaine dernière.

Quels sont les tests qui existent?

De plus en plus de personnes se font tester pour diverses raisons. C'est pourquoi la directrice de la clinique des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Erasme a tenu à rappeler tout ce qu'il fallait savoir sur ces tests.

1° le frottis nasopharyngé

C'est un frottis sur lequel on réalise une PCR, qui consiste à détecter la présence du matériel génétique du virus. Cela vous donne un résultat positif ou négatif.

Si positif...

Dans la plupart des cas, le résultat positif confirme l'infection. Cela veut dire que vous êtes porteur du virus et que vous pouvez contaminer d'autres personnes, que vous ayez des symptômes ou pas. Vous devez vous mettre en isolement afin de ne pas transmettre l'infection. Dans certains cas, la PCR peut être positive mais elle ne détecte que l'ARN du virus sans détecter de particules virales vivantes. A ce moment-là, il faudra en discuter avec votre médecin traitant.


Si négatif...

Si vous avez réalisé un premier test quelques jours après avoir été en contact avec quelqu'un de positif, après un contact éventuellement contaminant ou au retour d'une zone rouge, votre test sera peut-être négatif. Si c'est le cas, cela n'est pas suffisant pour affirmer que vous n'êtes pas infecté. Entre le moment de la contamination et le moment où l'infection se développe, il y a une période de plusieurs jours pendant lesquels le virus n'est pas détectable par les tests ! Cette période est habituellement de 4 à 6 jours mais peut s'étendre jusqu'à 14 jours. C'est pour cette raison qu'on vous demande un frottis au 9ème ou 10ème jour après le contact contaminant. Si vous avez eu un contact à risque et que le premier test est négatif, vous devez quand même observer la période de quarantaine de 14 jours.


2° le test sérologique

Il s'agit d'une prise de sang qui vérifie si vous avez développé des anticorps contre le coronavirus, si votre organisme a lutté contre l'infection. La présence des anticorps permet de dire que vous avez fait l'infection, que vous soyez symptomatiques ou pas. Mais elle ne peut pas préciser à quel moment vous avez fait l'infection.

Certaines personnes qui ont développé l'infection peuvent ne pas avoir d'anticorps, cela se voit surtout chez les gens qui n'ont pas eu de symptômes ou qui ont eu des symptômes peu importants. Il se peut aussi que les anticorps se soient perdus au fil du temps. La présence des anticorps ne vous dispense en tout cas pas du respect des mesures de protection, parce que vous pourriez quand même être porteur du virus et continuer à transmettre l'infection.


Les questions/réponses

A quelques semaines de la rentrée scolaire, a-t-on déjà une idée des mesures qui seront mises en place?

"D'abord un message aux enfants : profitez de vos vacances pour le moment. C'est une question que tout le monde se pose. Les Communautés ont agi à la fin de l'année scolaire précédente mais il est encore un peu tôt pour savoir ce qu'il se passera en septembre et quel type de rentrée nous aurons en Belgique. Tout va dépendre de l'évolution du virus", a rappelé Antoine Iseux, du Centre de crise.


Est-ce que des chiens peuvent détecter le coronavirus? Est-ce une bonne idée de creuser cette piste?

On sait que les chiens ont un odorat très développé. Ils ont beaucoup plus de cellules olfactives que l'être humain. On les a déjà entraînés dans différentes circonstances (drogue, armes, explosifs). On les a aussi entraînés à retrouver des personnes ensevelies. Il y a un potentiel pour détecter un certain nombre de cancers ou le paludisme. On pourrait donc les entraîner à reconnaître les molécules volatiles des cellules infectées par le coronavirus. Il y a quelques équipes, dont celle de Strabsourg qui se sont investies dans cette voie. Mais elle n'est pas encore d'application. On y voit un risque potentiel puisque ces chiens pourraient être infectés par le coronavirus. Cela n'est donc pas une piste qui est mise en pratique.