Depuis plusieurs mois, de nombreux témoignages circulent sur le web affirmant que le vaccin contre le coronavirus modifierait le cycle menstruel des femmes. Certaines expliquent qu’elles n’ont plus perdu de sang ou à l’inverse beaucoup plus, d’autres qu’elles ont souffert de crampes au ventre plus importantes. Si des médecins avaient déjà confirmé ces changements, aucune étude ne s’était jusque-là intréssée à la cause de ce phénomène. Ainsi, les National Institutes of Health aux Etats-Unis viennent d’investir 1,67 million de dollars (soit1,5 million d’euros) dans des recherches dans le but de comprendre les effets du vaccin sur le cycle menstruel.
"La recherche sur les effets secondaires reste essentielle pour le succès du programme de vaccination. Les effets des interventions médicales sur nos menstruations ne devraient absolument pas être négligés dans les recherches futures ”, a expliqué Victoria Male, immunologiste à l’Imperial College de Londres. Cinq universités américaines seront ainsi en charge d’études approfondies sur un groupe de femmes avant et après qu’elles aient reçu leurs deux injections du vaccin. La durée du cycle, les douleurs et tous les éventuels autres symptômes chez ces dernières durant leur menstruation seront examinés à la loupe. Pour ce faire, les chercheurs se baseront sur des échantillons de sang, de tissus et de salive.

Néanmoins, que les femmes sujettes au problème se rassurent, l’altération du cycle menstruel n’a rien d’inquiétant. “Dans tous les cas, les modifications du cycle menstruel sont de courte durée et inoffensives. Il ne durera pas plus de deux ou trois cycles. Dans la plupart des cas, cela signifie que votre organisme réagit au vaccin et que votre système immunitaire est entré en action. Ce n’est en fait qu’une bonne nouvelle”, a expliqué Steven Weyers, gynécologue à l’UZ Gent, à nos confrères du Het Laatste Nieuws.