Encore aujourd'hui, de nombreuses personnes se déplacent inutilement aux urgences. Pour éviter ces déplacements inutiles et soulager les hôpitaux, l'application mise au point par la société belge BeWell, déjà utilisée par l'UZ Gent, devrait être employée par de nombreux hôpitaux belges.

C'est un nouvel espoir dans le ciel sombre des hôpitaux surchargés par la crise sanitaire causée par l'épidémie de Covid-19. Alors que les urgences commencent à être de plus en plus saturées et que les lits d'hôpitaux commencent à manquer, une solution inédite contre le coronavirus est sur le point d'être déployée à l'UZ Gent, et pourrait bientôt être mise en place dans de nombreux hôpitaux de notre pays.

Le concept ? Une plate-forme en ligne ainsi qu'une application mobile de télémonitoring pour les patients validée par la société d'innovations médicales BeWell, d'une part, et un call-center dédié et piloté par des professionnels de santé, d'autre part.

Avant de mettre au point ce système, les concepteurs se sont basés sur un double constat. "Les hôpitaux ont pris conscience qu'il y allait avoir une vague de patients potentielle, et qu'ils ne pourraient sans doute pas prendre en charge individuellement chaque cas. Deuxièmement, on constate que beaucoup de gens n'ont pas de généraliste et ne savent pas où aller quand ils pensent être touchés. Le chemin de soin n'est pas toujours clair et beaucoup vont aux urgences directement alors que c'est totalement déconseillé et cela a des conséquences lourdes pour le personnel", détaille Alain Mampuya, CEO de BeWell Innovations

"Cela permettra de limiter les déplacements inutiles"

Face au nombre exponentiel de personnes se rendant à l'hôpital par peur d'être frappé par le Covid-19, l'UZ Gent a donc formulé une demande sur mesure. "L'UZ Gent utilise déjà notre système et de nombreux hôpitaux se sont montrés intéressés. Concrètement, les gens font leur testing en ligne sur place pour ce qui concerne leurs tests vitaux, tout est digitalisé et automatisé, et les hôpitaux y ont accès directement. Toutefois, le kiosque de self-tesing médical n'était pas suffisant là-bas pour trier les patients soupçonnés d'être atteints par le coronavirus, on a donc placé une deuxième salle à part. On nous a donc demandé des solutions digitales pour que ces gens n'aient plus à venir à l'hôpital mais aussi pour limiter tous les déplacements de ces personnes".

Cette start-up belge en innovations médicales a donc ajouté quelques modifications à son concept de base. Dans les faits, chaque patient peut encoder ses données personnelles et relatives à son état de santé sur le site web covidathome.com et/ou via l'appli well@home (téléchargeable gratuitement dans l'AppStore ou via GooglePlay), le tout gratuitement. Il suffit alors de répondre à des questions (19 questions de base s'enchaînent), qui donneront lieu ensuite à un score indicatif sur notre état de santé. Les personnes qui pensent présenter des symptômes peuvent remplir ce simple questionnaire médical développé en étroite collaboration avec l'UZ Gent. Celui- ci permet d’examiner les symptômes liés au Coronavirus et plusieurs paramètres vitaux tels que la température et la tension artérielle, mais aussi l'essoufflement.

© DR

Et au sein de l'hôpital, le médecin voit en direct les données sur son dashboard. Par la suite, si le patient n'a pas de nouvelles, c'est qu'il n'y a pas besoin de donner suite au patient et si le score est trop élevé, la médecin va prendre contact avec la personne via un call-center pour aller plus loin dans l'analyse via une plateforme de vidéo consulting, "de manière à aider le médecin à réaliser son diagnostic. Par la suite, il est recommandé à la personne de rester à la maison en répondant aux questionnaires via le logiciel 'well at home'. Un monitoring des données est alors effectué et selon les réponses données, on demande aux gens de se rendre aux urgences ou non", explique Alain Mampuya.

© DR

Une solution qui permettra de réduire la pression auprès du personnel hospitalier

Et pour le patient qui encourt un risque dit moyen de présenter la maladie, il lui est dès lors conseillé de prendre contact avec son médecin traitant ou un service de garde médicale et d’envoyer électroniquement les résultats obtenus.

"On a également une plateforme utilisée par les centre de douleurs. Un suivi total est effectué entre professionnels de la santé et patients. On a travaillé sur ce trajet de soins pour qu'il soit le plus rapide possible et le plus adapté à la situation causée par le Covid-19. L'idée serait de le mettre dans d'autres hôpitaux désormais, étant donné qu'il est opérationnel. Aujourd'hui, on remarque qu'il n'y a pas d'approche gouvernementale uniforme en Belgique en termes de prise en charge dans nos hôpitaux".

Les avantages de ce système, déjà utilisé dans d'autres pays européens, sont nombreux. Tout d'abord au niveau de la pression sur le personnel sanitaire dans nos hôpitaux, qui est pour l'instant fort surchargé. Celle-ci est immédiatement et significativement allégée, leur permettant de se concentrer à 100% sur les cas réels. De plus, personne ne doit se déplacer inutilement, ce qui réduit les chances de nouvelles contaminations et aide à 'aplatir la courbe' (ralentir la progression de l'épidémie). Et pour finir, les personnes courant un risque modéré peuvent être suivies de près grâce à la plateforme digitale de telemonitoring, permettant une intervention rapide et efficace en cas d'aggravation des symptômes.

© DR