Les règles d'hygiène pour lutter contre la circulation du virus sont nombreuses : se laver les mains, nettoyer les surfaces, éviter de toucher son visage, porter un masque dans certains cas... Pourtant, d'autres mesures, moins connues, sont répandues dans la lutte contre le virus à travers le monde. Les Chinois, par exemple, avaient conseillé à la population d'enlever les chaussures avant d'entrer dans une maison. Mais cette règle est-elle réellement nécessaire ?

En Chine, la population a pour habitude de cracher dans la rue. Cette pratique perdure dans tout le pays étant donné qu'il est recommandé par l'ancestrale médecine chinoise de ne rien garder à l'intérieur de soi car cela n'est pas bon pour le corps. En cette période d'épidémie de coronavirus, les autorités chinoises avaient donc conseillé aux citoyens de retirer leurs chaussures avant de pénétrer dans leur domicile.

"Le virus survit sur certaines surfaces, et sa survie est influencée par l’humidité et la température. Plus le virus se retrouve dans un milieu humide, plus il va vivre. C’est pour cela que l’on a dit que les crachats dans la rue étaient potentiellement contaminants s’ils provenaient d’une personne infectée", explique Yves Coppieters, épidémiologiste et professeur à l'École de Santé publique de l'Université libre de Bruxelles (ULB). "Fatalement, si je marche sur un crachat contaminé, le virus peut potentiellement survivre sur la semelle de ma chaussure et se déposer sur les sols de ma maison, même si l'on sait que la capacité de virulence est faible", continue-t-il.

À l'heure actuelle, aucune étude scientifique n'a cependant démontré que ce nouveau coronavirus, bien qu'il subsiste sur des surfaces planes, puisse contaminer un membre d'un foyer. "De plus, on sait très bien que les virus qui sont déposés dans l’environnement perdent bien souvent leur capacité infectieuse et donc leur capacité de transmission", détaille l'épidémiologiste. "Ils sont donc moins virulents et plus fragiles lorsqu’il n’y a pas de transmission directe, car ils sont altérés par l’environnement. La contagiosité d’un virus que l’on ramènerait via les chaussures est moindre voire sans doute trop faible pour contaminer quelqu’un" , enchaîne Yves Coppieters.

Mesures de précautions

Vu que le Sars-Cov-2 se transmet uniquement par la bouche, le nez ou les yeux, il est peu probable que les individus puissent être contaminés par ce virus par l'intermédiaire de leurs chaussures. "Cela veut donc dire qu'il faudrait ramener le virus du sol jusqu'au visage par l'intermédiaire de nos mains" , confirme le professeur de l'ULB.

Cependant, il vaut tout de même mieux prendre certaines précautions pour éliminer les risques de contamination. "Face à tout une série d’incertitudes, il vaut mieux prendre des mesures de précaution en partant du principe que, oui, le virus est potentiellement capable d’arriver dans la maison via les chaussures, même si l’on sait que ce n’est pas le principal mode de transmission. Il est donc préférable de retirer ses chaussures en rentrant chez soi et de désinfecter les sols plus régulièrement que d’habitude" , précise Yves Coppieters.

"Les adultes sont donc très peu à risque concernant ce mode de contamination, surtout s’ils ont une hygiène des mains rigoureuse. Il faut faire un peu plus attention aux enfants en bas âge qui sont un peu plus à risque puisqu’ils jouent plus près des surfaces du sol" , conclut-il.