Le CVnCoV, premier candidat vaccin de CureVac, est donc retiré du processus d'approbation de l'Agence européenne du médicament (EMA). La décision de l'entreprise allemande s'explique par le fait que son premier vaccin pouvait être approuvé au deuxième trimestre de l'année prochaine, alors que le développement du vaccin de deuxième génération (CV2CoV) serait déjà à un stade avancé de développement clinique. En outre, cette décision se justifie par le besoin accru de vaccins différenciés pour répondre à l'évolution de la pandémie, a ajouté la firme pharmaceutique.

En conséquence, l'accord signé entre CureVac et la Commission européenne pour l'achat de 450 millions de doses de CVnCoV, dont 2,9 millions pour la Belgique, expire également.

L'entreprise allemande a précisé qu'elle étudiait la possibilité de transférer les engagements relatifs au premier candidat vaccin à celui de deuxième génération, et qu'elle resterait en contact avec la Commission européenne.

Le CVnCoV fonctionne de la même manière que les vaccins contre le coronavirus mis au point par les firmes allemande et américaines Pfizer/BioNTech et Moderna. Cependant, dans le cas de CureVac, le sérum s'est révélé moins efficace avec une protection inférieure à 50%, alors qu'elle est d'environ 90% pour les vaccins de Pfizer/BioNTech et Moderna.