Deux études relayées par Le Temps risque de faire un peu de bruit. En effet, elle affirme que les objets du quotidien comme les poignées de porte, les touches de distributeurs ou encore les pistolets de pompe à essence... ne transmettraient pas facilement le coronavirus. Malgré nos craintes, la probabilité de contagion serait évaluée à “moins de 5 cas sur 10.000" selon Timothy Julian, cité ce jeudi dans un communiqué de l’Eawag, l’Institut Fédéral Suisse des Sciences et Technologies de l’Eau.

Les chercheurs ont testé près de 350 échantillons (portes de magasins, couvercles de conteneurs à poubelles, touches de distributeurs de billets, pistolets de pompes à essence, boutons-poussoirs pour piétons, etc) lors d'une première étude. “Dans 29 échantillons, soit 8% des cas, du matériel génétique du virus a effectivement été détecté. Les concentrations étaient toutefois “si basses que le risque était pratiquement inexistant" précise Le Temps.

Comment faire pour éviter l'infection? Selon une seconde étude la meilleure solution serait de se laver régulièrement les mains. "Cela apporte une protection universelle et réduit le risque de contamination".

Précisions importantes: les tables pour manger ainsi que la vaisselle n'étaient pas concernées par cette étude. Pourquoi? Le risque de transmission y est beaucoup plus évident comme le précise Timothy Julian. “La probabilité que quelqu’un tousse ou éternue sur une table et que, donc, des gouttelettes contenant de fortes concentrations de virus se trouvent à sa surface, est beaucoup plus élevée que pour un bouton-poussoir ou une poignée de porte."

Ce dernier donne même un petit conseil en cas de réouverture de l'horeca: "La désinfection des tables de restaurant et le nettoyage méticuleux de la vaisselle et des couverts restent donc essentiels"