Les cas de Covid-19 recensés ces dernières semaines semblent battre des records. En Russie, un nouveau record du nombre de décès a été enregistré ce samedi tandis que le pays est touché par une importante nouvelle vague. En Iran, le variant Delta fait craindre au président iranien Hassan Rohani une "cinquième vague" du coronavirus. L'Europe n'est pas non plus épargnée par la situation. Pris d'assaut par les touristes, le Portugal a récemment dû imposer de nouvelles restrictions pour limiter le nombre de nouvelles contaminations. Une situation inquiétante qui risque d'avoir un impact sur notre pays.

Car si le variant Delta est bel et bien présent en Belgique depuis plusieurs semaines, les vacances d'été risquent de favoriser la propagation de ce dernier... Voire même d'autres variants.

Selon le professeur américain William Schaffner, spécialiste des maladies infectieuses au Centre médical universitaire de Vanderbilt, le virus va continuer à muter et de nouveaux variants, plus dangereux, pourraient en effet se développer. Selon lui, les personnes refusant de se faire vacciner seraient des "usines à variants". "Plus il y a de personnes non vaccinées, plus le virus a de possibilités de se multiplier. Lorsqu'il le fait, il mute, et il pourrait déclencher une mutation encore plus grave par la suite", a-t-il insisté, interrogé par CNN.

"Six personnes sur 10 ne savent pas à quoi elles sont confrontées"

L'épidémiologiste américain Eric Feigl-Ding souligne lui aussi l'importance de la vaccination pour lutter contre l'épidémie. Selon un récent sondage, 29% des Américains disent qu'ils ne se feront probablement pas vacciner. Près de 20% d'entre eux affirment qu'ils ne le feront certainement pas. Une tendance que l'expert qualifie d'inquiétante, alors que le nombre de cas détectés aux Etats-Unis augmente avec l'arrivée du variant Delta.

Autre point qui inquiète l'épidémiologiste : le fait que le variant Delta ne soit pas pris au sérieux par les Américains. En effet, selon le Washington Post, parmi les Américains non vaccinés, 60 % pensent que les responsables américains exagèrent le risque lié au variant Delta.

"Mais à quoi pensent ces gens ? Il faut prendre le variant Delta au sérieux : plus rapide, plus grave, plus problématique pour les personnes partiellement vaccinées, et se transmet par une brève exposition", écrit-il sur Twitter. "Six personnes sur 10 ne savent pas à quoi elles sont confrontées."

Les Américains vaccinés sont quant à eux 64 % à estimer que les responsables présentent correctement les risques.

Vers une troisième dose ?

Plusieurs pays, comme Israël et le Royaume-Uni, envisagent malgré tout d'administrer une troisième dose à la population afin d'augmenter la protection offerte par le vaccin. La Russie, qui utilise principalement le vaccin Sputnik V, a d'ores et déjà lancé une nouvelle campagne de vaccination, visant les personnes ayant été vaccinées il y a plus de six mois.

Selon l'Agence européenne des médicaments (EMA), deux doses de vaccins contre le Covid-19 protégeraient de façon suffisante contre le variant Delta. "À l'heure actuelle, il semble que les quatre vaccins approuvés dans l'Union européenne protègent contre toutes les souches circulant en Europe, y compris le variant Delta", a précisé Marco Cavaleri, responsable de la stratégie vaccinale à l'EMA. Une étude publiée récemment aurait quant à elle démontré qu'une dose de rappel n'est pas toujours nécessaire. La protection offerte par le vaccin Pfizer et le vaccin Moderna pourrait en effet durer plusieurs années.