La course au vaccin emporte les laboratoires dans une dernière ligne droite consistant désormais à obtenir les autorisations de mise sur le marché de leurs découvertes.

Plusieurs laboratoires, Pfizer en tête, espèrent encore une mise sur le marché dans les prochains jours pour un début de vaccination avant la fin de l’année.

En Belgique, il faudra cependant attendre la mi-janvier, au minimum, pour voir les premiers vaccins administrés.

Une course effrénée qui fait s’élever certaines voix craignant que toutes les étapes de développement du vaccin n’aient pas scrupuleusement été respectées et qu’on ne mesure pas les risques réels, et surtout les effets secondaires des différents vaccins prêts à être administrés.

Les études se poursuivent et un reporting permanent des résultats de ces études est effectué vers les autorités. Du côté de l’OMS, on se montre optimiste et on tient à rassurer quant au sérieux et au respect des différentes étapes d’élaboration des vaccins.

Les sceptiques et anti-vaccins voient cependant leurs rangs gonfler chaque jour. Méfiance, thèse complotiste, fake news : tous les coups semblent permis pour tenter de convaincre le plus grand nombre d’éviter la vaccination.

L’annonce d’un premier mort parmi le panel de volontaires testant le vaccin est-elle de nature à apporter de l’eau à leur moulin ?

C’est ce que les plus radicaux mettent en avant depuis l’annonce de ce décès fin octobre.

Mais Oxford et AstraZeneca, qui développent ce vaccin, ont précisé que la personne décédée, un jeune médecin brésilien de 28 ans, n’est pas morte des suites de l’administration d’une dose de vaccin en test. En effet, il faisait partie des volontaires à qui l’on a administré un placebo. Ce qui explique pourquoi la phase 3 de test, menant à la délivrance d’une autorisation de mise sur le marché, n’a pas été arrêtée.

Une chose est sûre : la recherche se poursuit et avec elle le bras de fer entre pro et anti-vaccins.

En espérant que la science trouve les moyens de rassurer la population et que le vaccin apporte enfin cette réponse immunitaire tant désirée.