Au niveau de la transmission du virus, le variant Omicron change complètement la donne.

La diffusion par aérosols, qui seraient plus infectieux dans le cas des variants, plaide pour l’utilisation de masques plus protecteurs comme les FFP2, ou au moins dans les lieux associant mauvaise ventilation et forte densité humaine. Les experts recommandent donc de généraliser les masques FFP2 dans certaines situations et pour un profil de personnes bien particulier, et également la nécessité de réaliser un inventaire de tous les masques FFP2 dont nous disposons. S’ils étaient au départ réservés aux professionnels de la santé, ils sont désormais accessibles au grand public dans le commerce et dans les pharmacies. "Avec ce variant, plus contagieux, on le recommande ainsi aux personnes les plus fragiles ou non vaccinées dès que c’est possible et encore plus dans des lieux avec beaucoup de monde et qui sont moins bien ventilés, préconise le virologue Yves Van Laethem. Obligatoire dans certains lieux en Allemagne ou en Autriche, le FFP2 n’a jamais vraiment été populaire en Belgique. "Il ne faut déjà pas avoir de barbe et le masque doit également très bien serrer les contours du visage, rappelle Steven Van Gucht. Pour les gens motivés et si on veut aller plus loin dans la protection, ils sont bien évidemment conseillés car ils sont plus performants et protègent très bien contre les aérosols, mais il faut dire aussi qu’ils sont moins confortables."