Noël est passé, le Nouvel An arrive… Lisez ce qui suit pour éviter les lendemains difficiles !

En cette période riche en graisses, en sucres et en alcool, nos organismes sont sursollicités.

Bonne nouvelle, il existe des astuces qui permettent d’économiser notre foie et nos reins afin de limiter sensations de ballonnement et maux de tête le lendemain.

Un premier conseil valable également au quotidien : penser à s’hydrater abondamment. Les spécialistes recommandent de bien s’hydrater déjà 48 heures avant les fêtes.

L’idéal ? 1,5 litre d’eau par jour afin de faciliter le travail des organes.

Autre conseil : manger des petites portions. Pas toujours facile de se retenir lors d’un repas de fête. Les mets d’exception nous font de l’œil et on a envie d’en profiter. Il est toutefois recommandé de manger et boire en quantités raisonnables afin de ne pas surcharger le foie, les reins et le système digestif. Sinon, gare aux douleurs et au coup de mou du lendemain de veille.

Si certains peuvent manger et boire des quantités d’aliments gargantuesques sans en ressentir aucun effet négatif, ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. Nous sommes inégaux face aux indigestions comme face à l’alcool. Si les femmes supportent globalement moins l’alcool que les hommes, ces derniers ne doivent pas non plus forcer sur la bouteille, sinon gare à la gueule de bois.

Fuir le paracétamol !

Si malgré vos efforts, (et nos conseils) votre estomac se la joue valse musette au lendemain des fêtes, un (nouveau) conseil : un des seuls remèdes consiste à s’oxygéner au maximum. Un bon bol d’air frais suivi, par exemple, d’un bouillon de légumes ne pourra jamais vous faire de tort.

Le paracétamol, dans toutes ses variantes, en revanche, est à fuir car il peut abîmer votre foie déjà en mauvais état !