Santé Certains fruits, légumes et plantes peuvent laisser des séquelles sur la peau.

Jardiner en plein soleil n’est pas la meilleure idée qui soit. Ou alors il faut être hyper protégé (gants et manches). La peau peut être mise à rude épreuve. Par le soleil, d’abord. Qui tape. Par les aliments frais et plantes que vous cultivez ou épluchez ensuite.

En effet, le persil, le céleri, le fenouil, le pamplemousse ou encore la grande berce pourraient laisser des traces sur votre épiderme, après avoir provoqué une crise. "Cela engendre des brûlures et de l’eczéma vésiculeux. Cela peut également laisser des pigmentations résiduelles sur la peau", explique le Dr Véronique Del Marmol, chef de service de dermatologie à l’hôpital Erasme. "Cela touche essentiellement les maraîchers et les jardiniers."

Le Professeur Dominique Tennstedt, dermatologue aux cliniques universitaires Saint-Luc, opine: "Cela touche les gens qui cultivent ces plantes." Un eczéma de contact peut également naître "en épluchant des agrumes au soleil", par exemple. Mais cela reste assez rare.

"Le plus gros risque de photosensibilisant, c’est la grande berce. On voit des cas en consultation, toutes les semaines", ajoute le spécialiste. "Tout dépend du soleil, de l’intensité du rayonnement UV et de la concentration" du jus de la plante sur la peau. "Au plus la peau est claire, au plus elle est sensible", précise Véronique Del Marmol.

Médicaments à surveiller

Certaines substances ont un effet photosensibilisant à cause de leur ingestion. "Il y a énormément de médicaments qui ont un impact sur la peau. La peau, exposée au soleil, réagit", ajoute le Pr Dominique Tennstedt. "C’est le cas de certains antidépresseurs, d’anti-inflammatoires qu’on applique sur la peau pour soigner des torticolis ou des entorses... Au soleil, ils provoquent une phototoxicité."

Le Dr Véronique Del Marmol poursuit: "C’est quand le médicament induit la fonction toxique. La peau brûle, il n’y a pas de réaction immunitaire."

À noter, enfin, que l’utilisation de certaines huiles essentielles risque aussi de provoquer des dégâts sur la peau. La quinine, présente dans des boissons telles que le Schweppes Tonic, a également un rôle photosensibilisant. Consommée à de fortes quantités, la quinine peut rapidement vous enquiquiner. Mais, une nouvelle fois, cela reste rare. C’est plutôt le contact avec des plantes, légumes et l’ingestion de certains médicaments qu’il faut éviter.

Attention aux maisons de vacances

Les locations de vacances, maisons de campagne ou autres chalets de montagne peuvent également avoir un impact sur le bien-être. Surtout si l’endroit n’a pas été occupé souvent (et donc laissé vacant) ou si, au contraire, il voit défiler plusieurs dizaines de personnes durant une certaine période (estivale, notamment).

"Ces derniers temps, on observe de nombreuses piqûres de punaises", admet le Pr. Dominique Tennstedt. "Souvent, parce que les lits n’ont pas été occupés pendant longtemps, les matelas sont vieux... Les punaises se réveillent avec la chaleur des corps."

Autre problème latent: les puces. Il suffit qu’une personne avec un chien ou un chat ait occupé l’endroit avant vous pour que les puces vous pourrissent les vacances. Et provoquent des démangeaisons.

Le dermatologue émérite des cliniques universitaires Saint-Luc donne quelques conseils pour éviter de devoir aller rendre visite à ses confrères dans un pays étranger:

- "Avant de partir, demandez si les chiens et chats sont admis sur les lieux." Vous saurez de la sorte si un animal a pu venir.

- "Sur place, la première chose à faire est d’ouvrir grand les portes et fenêtres pour bien aérer la maison."

- "Ensuite, il faut s’assurer que l’endroit a été bien nettoyé." Dans le doute ou le cas échéant, nettoyer en vitesse ne fait pas de mal.

- "Si vous avez encore des doutes, mieux vaut pulvériser avec un spray insecticide."

- "Dormez dans vos draps."