Je suis fatigué", "Les jours raccourcissent", "Les nouvelles ne sont pas bonnes"… Combien de fois cela nous arrive de penser ça, de le dire tout haut, autant à la machine à café qu’en famille, avec nos proches… Vous êtes fatigué ? On l’est tous, mais certainement d’une manière différente. L’ASBL Question Santé a publié une brochure accessible à tous parlant de cette fatigue qui nous a gagnés encore plus durant cette longue période de Covid.

Fatigue… Tout le monde connaît. Mais qu’est-ce que, au fond, cela signifie ? En fait, elle peut être d’origine physique, neurologique ou psychique. Une recherche rapide vous dira que, médicalement parlant, elle n’est pas une maladie (ouf, c’est déjà ça !). En revanche, elle peut être un symptôme conduisant à un certain nombre d’entre elles. De plus, si elle s’installe durablement, elle peut finir par en provoquer…

Psychiatres, sociologues et historiens ne prétendent pas le contraire : nos fatigues, aux causes multiples et variées qui dépassent bien souvent le fait d’avoir une "dette de sommeil", avec trop d’heures perdues à ne pas dormir, alors que nos organismes en auraient eu besoin. La crise sanitaire liée au Covid-19, qui a souvent fait naître ou a révélé un sentiment exacerbé de grande, très grande lassitude, a encore davantage montré que derrière le masque de nos fatigues, se cachent de nombreuses interrogations.

Face à la fatigue, le premier réflexe consiste à s’interroger sur la durée de notre sommeil. En 2018, une étude commandée par l’entreprise Philips à l’occasion du World Sleep Day (la Journée mondiale du sommeil), avait montré que 82 % des Belges dormaient moins que les 7 h 30 recommandées !

Et c’est vrai que dans nos sociétés de performance où il faut, en permanence, "être sur la balle", être rapide, être le premier tout en restant performant, le sommeil est un peu oublié, considéré comme un passage normal et pourtant si compliqué ou fragile pour nombre d’entre nous.

" En réalité, la fatigue n’est pas - ou pas forcément - une ennemie. Sur un plan médical, il s’agit d’une réaction tout à fait normale à tout effort physique ou émotionnel important et prolongé. Tout simplement, notre corps nous envoie un message : notre banque d’énergie a diminué, nous avons besoin d’une pause et de repos. L’idéal est alors d’écouter notre organisme, en nous rappelant que sa capacité à faire face aux situations nouvelles a ses limite s", explique l’ASBL Question Santé.

L’épuisement peut être physique, émotionnel, nerveux mais il faut s’écouter : " Pour qui veut l’écouter, la fatigue sait se faire entendre. Avec elle, à court ou à moyen terme, place aux esprits "distraits", aux jours où l’on a "la tête ailleurs", aux oublis, aux difficultés de concentration ou d’apprentissage. Mais, aussi, aux sautes d’humeur ou aux nerfs à fleur de peau, aux maux de tête, de dos, aux tensions musculaires et aux abus de substances…"

Et pour ceux qui ne veulent rien entendre malgré ces signaux ? Gare au risque de fatigue chronique, qui persiste malgré le repos et sans cause apparente. Le mieux est de s’informer avec cette très intéressante brochure qui interroge toutes les fatigues, téléchargeable sur le site www.questionsante.org.