La FDA, l'agence américaine des médicaments a répertorié plusieurs cas suspects du syndrome de Guillain-Barré, une maladie neurologique rare où le système immunitaire de la personne atteinte attaque les nerfs périphériques, après l'injection du vaccin de Johnson & Johnson. Il semblerait donc que le vaccin anti-covid unidose augmente de trois à cinq fois les risques de développer le syndrome précité, même si la "chance" d'être atteint reste tout de même faible et que "les avantages du vaccin continuent de surpasser les risques".

Une centaine de cas a actuellement été constatée, explique The New York Times, qui a dévoilé les avertissements de la FDA ce lundi soir. Les personnes touchées développent le syndrome de Guillain-Barré dans les trois semaines après l'injection, et la plupart des patients atteints par cette maladie s'en remettent. 

Au total, le vaccin Johnson & Johnson a déjà été administré à 13 millions d'Américains, mais 92% des vaccinés ont reçu soit des doses de Pfizer, soit celles de Moderna. Mise au courant des résultats préliminaires de la FDA et de ses avertissements, l'administration de Joe Biden devrait communiquer sur le sujet dès mardi, affirment nos confrères américains. L'agence européenne devrait sans doute faire de même.