Les pays devraient continuer à vacciner avec le sérum anti-Covid-19 d'AstraZeneca, a affirmé lundi la cheffe scientifique de l'Organisation mondiale de la santé, qui va réunir mardi son groupe d'experts pour étudier la sécurité du vaccin.

"Nous ne voulons pas que les gens paniquent et, pour le moment, nous recommandons que les pays continuent de vacciner avec AstraZeneca", a déclaré Soumya Swaminathan lors d'une conférence de presse à Genève, alors que plusieurs nouveaux pays ont suspendu par précaution l'administration de ce vaccin après de graves problèmes sanguins chez des personnes vaccinées.

"Jusqu'à présent, nous n'avons pas trouvé d'association entre ces événements et le vaccin", a-t-elle ajouté.

La scientifique a aussi indiqué qu'à ce stade, le bénéfice de la vaccination l'emporte sur les risques liés au Covid-19.

"D'après ce que nous avons vu jusqu'à présent dans les données préliminaires, il n'y a pas d'augmentation du nombre de cas d'événements thromboemboliques", a-t-elle également dit.

En première ligne dans la lutte internationale contre la pandémie, l'OMS a toutefois annoncé qu'elle allait réunir mardi son groupe d'experts sur la vaccination pour étudier la sécurité du vaccin développé par la firme anglo-suédoise AstraZeneca.

"Le Groupe consultatif d'experts de l'OMS sur la vaccination a examiné les données et est en contact étroit avec l'Agence européenne des médicaments. Et nous nous réunirons demain", a déclaré le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L'EMA se réunira cette semaine

L'Agence européenne des médicaments, l'EMA, a réitéré lundi son avis que les bénéfices du vaccin AstraZeneca contre le coronavirus continuent de peser plus lourd dans la balance que les risques d'effets secondaires. L'Agence continue d'examiner les cas connus d'"incidents thromboemboliques" parmi les personnes vaccinées avec ce produit, indique-t-elle. Son comité d'évaluation du risque poursuivra mardi ce travail et conclura lors d'une réunion extraordinaire convoquée jeudi, annonce l'EMA.

L'apparition de caillots sanguins chez certaines personnes ayant reçu le vaccin AstraZeneca a poussé différents Etats à suspendre la vaccination avec ce produit sur leur sol, dès la semaine dernière. D'autres Etats, comme la France, ont fait de même lundi, "par précaution".