Psychomotricienne, Auriane de Lannoy propose depuis longtemps des thérapies sensorielles à ses patients. La période actuelle lui a prouvé à quel point l’attention au corps, aux ressentis, aux petits maux auxquels on ne prête pas beaucoup attention est nécessaire pour comprendre ce qui se trame dans notre cerveau.

Spécialisée dans la prise en charge des traumas et de l’anxiété sérieuse, la jeune femme a suivi une formation auprès de Nathalie Hanot, psychologue clinicienne qui travaille depuis des années sur le deuil et a développé la Journal Thérapie. Dans la situation actuelle, cette psychologue a voulu mettre au service du personnel soignant submergé par l’anxiété ce savoir-faire pour "ventiler les tensions internes et développer la pratique d’une hygiène psychique". Elle a lancé les Ateliers du Mieux-être, soutenu par la Fondation Roi Baudouin. Une façon d’appréhender les cassures et les brisures au-delà du verbal "et de laisser les émotions parler autrement, en passant par les couleurs, l’écriture", explique Auriane de Lannoy qui anime donc quelques ateliers.

C’est ce que sont venus "s’offrir" des membres du personnel de la maison de repos Malibran à Bruxelles au travers d’un atelier emmené par Auriane ce jour-là. "Il s’agit d’ateliers créatifs visant à aider les professionnels de la santé à libérer la charge émotionnelle des derniers mois."

Mariuska, éducatrice spécialisée en centre de jour raconte : "Dans le travail, on ne peut pas se concentrer sur ce qui nous atteint, toutes ces choses qui font pleurer si on prend le temps d’y réfléchir. Ici, dans cet atelier, au travers des couleurs, j’ai plongé dans des émotions que je refoulais parce que devant nos patients, on doit être enthousiaste, en forme."

L’atelier, où les boîtes de feutres et de couleurs ainsi que des piles de magazine s’alignent, va permettre de se concentrer sur soi, affronter tristesse, peur, colère : "Des émotions toujours difficiles à aborder par les mots et qu’on va rencontrer en les exprimant autrement, sans passer par le mental", explique Auriane.

Des crayons de couleur contre l’angoisse induite par le coronavirus au sein du travail, au sein des esprits, cela semble bien fragile. Et pourtant : "Au début, il ne se passait rien et d’un coup ça te tombe dessus, au-delà de la compréhension", témoigne Marie, ergothérapeute.