Santé Marion Faingnaert : "La Wallonie et plus encore Bruxelles ont du retard. Il y a des dérapages faute d’un statut pour les garde-malades."

"Les derniers chiffres montrent un certain retard en Wallonie et encore plus en région bruxelloise par rapport à la Flandre. En Flandre, une personne en fin de vie sur trois atteintes d’un cancer décède dans un meilleur confort, à domicile. C’est moins en Wallonie et encore moins à Bruxelles."

Sujet difficile que soulève Marion Faingnaert, infirmière et psychothérapeute de 54 ans, qui fut la Femme belge de l’année en 1994. C’était il y a vingt-cinq ans et, depuis ce quart de siècle, Marion a maintenu le cap, celui du combat de sa vie, un combat pour les autres : donner la possibilité aux personnes atteintes de maladie lourde et évolutive de vivre leur fin de vie à la maison, entourées de leurs proches. Leur offrir une intimité affective et familiale difficile à établir en milieu hospitalier.

Avec l’équipe, Marion Faingnaert gère l’ASBL Sémiramis, active depuis vingt ans à Bruxelles, comme le sont aussi Interface-Saint-Luc, Continuing Care et Omega. Toutes entretiennent des liens confraternels en Wallonie avec leurs collègues de Domus, Au Fil des jours, Delta, Arémis, Reliance, la plateforme de Verviers, Arcspho et les autres équipes de terrain.

(...)