L'équipe de David Alsteens, professeur au Louvain Institute of Biomolecular Science and Technology de l'UCLouvain, vient de découvrir l'intégrine-beta1. "Cette protéine est utilisée par la cellule pour adhérer à divers supports, se lier à d'autres cellules, et lors de la migration cellulaire", explique le bio-ingénieur spécialisé en virologie.

"Grâce à elle, le virus peut pénétrer la membrane plasmique, s'installer et recruter d'autres virus", explique le professeur. Son équipe a également découvert comment cette protéine aidait le réovirus (responsable d'infections respiratoires et intestinales) sur lequel elle a travaillé à entrer dans nos cellules. "On suspectait son implication mais maintenant nous avons des preuves", résume le professeur dans L'Avenir.

Cette recherche publiée dans la revue Nature Communications présente tout son intérêt en pleine pandémie, note Le Soir. En mettant au jour cette interaction, les scientifiques ont découvert, non seulement une nouvelle clé d'entrée, mais surtout un nouveau verrou, essentiel pour pouvoir fermer la porte aux virus.

De quoi offrir de nouvelles perspectives pour le développement de thérapies antivirales. Pourquoi pas contre le coronavirus. "Il faudra une étude complémentaire, mais nous avons déjà quelques données qui montrent une interaction entre le coronavirus et l'intégrine. Or, si l'on veut bloquer l'entrée de nos cellules au virus, le traitement doit bloquer toutes les serrures. Avec un inhibiteur d'intégrine, la fréquence d'adhésion diminue. Mais il existe certainement d'autres récepteurs à découvrir".

Outre la lutte contre les virus, l'intégrine-beta1 pourrait mener la guerre contre le cancer en tant que vecteurs de gènes. "La protéine agira alors comme une porte d'entrée qui permet d'accéder plus facilement aux cellules cancéreuses", explique encore le professeur de l'UCLouvain dans L'Avenir. Les réovirus ont en effet la capacité de tuer des cellules de l'intérieur. Si on parvient à les rediriger vers les cellules cancéreuses ils pourraient donc les éliminer.