Santé 10.773 nouveaux diagnostics de cancer du sein en 2013 en Belgique. Le dépistage encore à la traîne.

Durant le mois d’octobre, les poitrines se pareront d’un ruban rose. En soutien aux femmes se battant contre le cancer du sein. À cette occasion, Think Pink ressort le ruban. Mais, grande nouveauté, l’association, créée par une "victorieuse", a édité le livre Think-Pink, vivre avec le cancer du sein. Le combat pendant et après la maladie (200 pages). Il est offert aux femmes et aux hommes quand ils apprennent qu’ils souffrent d’un cancer du sein. "C’est la première édition francophone, elle sera donnée aux patients dès ce 15 septembre" , précisent les organisatrices, qui en ont offert une à Maggie De Block.

La ministre fédérale de la Santé Publique a reçu l’équipe de Think Pink et deux de ses ambassadrices : Jo Lemaire et Tia Hellebaut. "Il n’y a que des femmes ici", fait-elle remarquer. Un peu comme le cancer du sein. Il touche essentiellement des femmes. Tous les ans, 10.000 cancers du sein sont dépistés (10.778 en 2013, soit une femme sur neuf qui le contracte). 80 de ces diagnostics sont posés sur… des hommes ! "Le cancer du sein touche aussi les hommes. Et là, c’est encore plus tabou d’oser le dire, d’oser aller voir un spécialiste. J’en ai eu un qui n’osait pas en parler. Pour eux, c’est vraiment une maladie associée aux femmes, c’est difficile à assumer."

Accepter la maladie est difficile pour tout le monde. La peur pousse parfois certaines femmes à ne pas oser faire une mammographie. "Il y a encore une femme sur trois qui ne fait pas le dépistage…", déplore Maggie De Block. "Or, si on dépiste suffisamment tôt, les chances de guérison sont plus élevées. Il faut continuer à les sensibiliser. C’est ce que fait Think Pink."

Elle ajoute : "L’association, parmi d’autres, donne aussi des informations aux femmes touchées par la maladie. C’est un second point important. Il y a la sensibilisation mais il y a aussi l’accompagnement à ne pas négliger."