Si les essais cliniques s'avèrent positifs, le site de Lessines, qui emploie actuellement 1.200 personnes, fera plus que probablement partie de ceux qui produiront le médicament à grande échelle lors de la phase commerciale.

"On nous a demandé d'être prêts et nous le serons. On est dans les starting-blocks", déclare M. Dorignaux. "On ne sera pas le seul site à produire ce traitement, mais Lessines jouera un rôle important vu l'expérience accumulée ici et les capacités de production disponibles."

Plusieurs études cliniques en cours cherchent à démontrer qu'en transfusant du plasma de patients guéris du Covid à des patients malades, on peut aider le système immunitaire de ces derniers à mieux se battre et à réduire la quantité de virus dans le corps.

Le groupe Takeda est l'un des deux principaux acteurs d'une coalition d'entreprises pharmaceutiques baptisée "CoVIg-19 Plasma Alliance" dont l'objectif est de pouvoir mettre sur le marché le plus rapidement possible ce type de traitement. Bénéficiant du support de la Bill and Melinda Gates foundation, cette coalition vient de lancer une étude de phase 3 auprès de 500 patients dans 16 pays. Tous les lots cliniques pour cette étude ont été produits à Lessines.

"Nous avons été choisis pour notre expertise sur les plans technologique et humain, mais aussi parce que nous avions la capacité de pouvoir fournir rapidement les produits demandés", explique Pierre Dorignaux.