Celui des décès a augmenté de 50% par rapport à 2016, à près de 210.000, a déclaré jeudi à Genève l'OMS qui veut une action urgente après les perturbations du Covid. Ces hausses sont liées aux échecs de vaccinations de nombreux enfants avec les deux doses requises.

L'augmentation des cas n'a cessé depuis 2017. Il faut un taux d'immunisation de 95% au sein d'une population et que celui-ci soit maintenu tant au niveau national que régional pour contrôler la rougeole. Or, la couverture n'atteint qu'environ 85% depuis plus d'une dizaine d'années pour la première dose. Celle de la seconde dose progresse mais dépasse à peine 70%.

En 2019, neuf pays ont rassemblé 73% des cas, souvent dans des communautés vulnérables. "A moins que nous ne prenions vraiment des actions rapidement face à ce décalage qui augmente dans les pays identifiés comme très menacés", ceux-ci feront face à davantage d'"épidémies" et de "décès", a expliqué à la presse une responsable de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le nombre de cas relayés cette année semble être en baisse, mais les restrictions liées au Covid ont perturbé la vaccination. Près de 95 millions dans 26 pays pourraient ne pas être immunisés.

Selon la responsable de l'OMS, la situation est notamment inquiétante dans plusieurs pays africains, mais toutes les régions sont affectées.

Les Etats dont la réponse était déjà adaptée s'en sont eux mieux sortis face aux difficultés pendant la pandémie. "Nous savons comment prévenir des épidémies de rougeole et des décès", dit de son côté le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus. Selon lui, ces données doivent aboutir à davantage d'efforts pour soutenir les pays et les communautés pour les immunisations.