Le nombre moyen d'infections au coronavirus est passé à 1.476 par jour entre le 15 et le 21 septembre (+48% par rapport à la période de sept jours précédente).

"Les chiffres continuent d'augmenter, mais plus lentement. Les chiffres doublent à présent tous les 12 jours, avant c'était tous les 8-10 jours", explique Steven Van Gucht. Mercredi 16 septembre, près de 2.000 nouveaux cas ont été identifiés en une seule journée. Selon l'expert, les contaminations augmentent dans toutes les tranches d'âge, mais surtout chez les jeunes. "La moitié des nouvelles contaminations de la semaine dernière concernait des jeunes de moins de 33 ans. L'augmentation est aussi présente chez les personnes plus âgées qui sont particulièrement à risque. Nous demandons donc aux étudiants en kot de faire particulièrement attention, surtout quand ils reviennent chez eux le week-end et qu'ils ont l'intention de voir leurs grands-parents", a-t-il poursuivi.

Dans toutes les provinces, on remarque une augmentation des contaminations, sauf dans le Limbourg où cela diminue. Les nouveaux cas sont principalement détectés à Bruxelles, Anvers et Liège. A Bruxelles, le taux de positivité est de 9-10%, ce qui est le double de la moyenne nationale.

Le nombre de contaminations en Belgique s'élève désormais à 108.768. Le nombre d'admissions à l'hôpital est également en progression et s'établit à 62,3 par jour en moyenne (pour la période du 17 au 23 septembre). Hier/jeudi, il y a eu un pic de 84 nouvelles admissions, c'est le taux le plus élevé depuis le début du mois mai. "Je pense qu'il faut le signaler, entre autres à ceux qui pensent qu'il n'y a pas d'impact de l'infection sur les personnes à risque", a expliqué Yves Van Laethem.

Le Covid-19 a causé la mort de 9.965 personnes en Belgique.

© belga

Un point sur la quarantaine

Les experts sont également revenus sur les nouvelles règles concernant la quarantaine. Pour rappel, la période de quarantaine sera raccourcie 14 à 7 jours à partir du 1er octobre, comme en France ou au Luxembourg, ce qui permettra de diminuer son impact social et économique. L'occasion pour ces professionnels de rappeler les bonnes pratiques.

1° EN CAS DE SYMPTÔMES

En cas d'apparition de symptômes (trouble du goût, de l'odorat, apparition brutale de fièvre, symptômes grippaux), il faut absolument s'isoler et contacter son médecin. Comme l'explique Yves Van Laethem, des symptômes peuvent survenir quelques jours après un test négatif. "Les symptômes doivent dépasser cette notion de test négatif récent. Il faut en tous les cas contacter son médecin", a-t-il souligné.

Si, pendant l'isolement, le test pratiqué est négatif, vous n'avez pas le covid. Si le test est positif, vous devez rester en isolement pendant 7 jours, et vous serez couvert par un certificat. Pour sortir totalement de l'isolement, vous ne devrez plus avoir de température pendant trois jours et les symptômes majeurs devront avoir diminué; vous devrez globalement vous sentir mieux. Certaines personnes devront donc rester à l'isolement pendant plus de 7 jours. La règle d'isolement des 7 jours s'applique aussi aux personnes asymptômatiques qui ont fait un test.

Faut-il refaire un test après avoir été positif? NON!

Quand un test est positif, il peut rester positif pendant très longtemps, rappelle le virologue. "Cela ne signifie pas que vous contaminerez d'autres personnes à la fin de votre isolement, mais simplement que vous continuez à éliminer des déchets de virus. Après avoir respecté la durée d'isolement, si vous avez été testé positif, n'allez pas refaire d'autres tests. Cela n'a pas de signification. Un nouveau test devra peut-être être refait si de nouveaux symptômes apparaissent, mais ce sera à voir avec votre médecin traitant". La règle générale est donc de ne pas refaire de nouveaux tests après avoir respecté la durée totale d'isolement.

2° APRES AVOIR EU DES CONTACTS A RISQUES 

La quarantaine concerne les personnes qui ont été en contact à haut risque avec quelqu'un de positif ou qui ont voyagé vers une zone rouge. Toute personne étant entrée en contact étroit (plus de 15 min, à moins d'1m50 de quelqu'un de positif) doit se mettre en quarantaine pendant 7 jours. La quarantaine ne s'applique qu'à soi-même, pas à ses colocataires par exemple. Un test devra être effectué au cinquième jour pour voir si oui ou non on est porteur de virus

Si le test est négatif, on peut sortir de quarantaine au bout du 7ème jour, mais cela ne signifie pas qu'on peut faire n'importe quoi. Il existe encore une période de 7 jours supplémentaires où il faudra être prudent. 

Si le test est positif, en revanche, vous devrez rester à l'isolement pendant 7 jours supplémentaires (voir ci-dessus). 

Au retour d'une zone rouge, la quarantaine de 7 jours s'applique à partir du moment où vous remplissez le document et où vous rentrez en Belgique. Rappelons également qu'une personne ayant eu un contact limité avec une personne positive ne doit pas faire de quarantaine.

Est-ce que réduire la durée de la quarantaine fait courir davantage de risques?

Yves Van Laethem a expliqué que cette période "un peu moins efficace sur le plan scientifique" sera "sans doute mieux appliquée". "On espère avoir pris un juste milieu entre le côté scientifique et le côté humain", souligne-t-il. 

D'un point de vue purement scientifique, 96% des personnes symptomatiques sont identifiées pendant la période de quarantaine de 14 jours. Si on ramène cette quarantaine à 10 jours, on couvre encore 90% des cas. Avec 7 jours, on pourrait laisser passer 40 à 50% des cas. D'où l'importance fondamentale de faire un test au 5ème jour ! 

"Pour que cette quarantaine plus courte soit plus efficace, il est essentiel de faire un frottis au 5ème jour. Cependant, nous n'atteindrons jamais l'efficacité d'une quarantaine de 14 jours. On va donc vous demander de continuer à faire très attention, surtout à l'apparition de nouveaux symptômes. 

© belga

Comment appliquer la quarantaine dans les écoles?

Les enfants ne sont pas le moteur de la transmission du covid dans notre société. Il est fondamental qu'ils puissent être scolarisés. 

Avant l'école primaire, les petits enfants sont très souvent l'objet de petites infections virales, comme un nez qui coule. Ce n'est pas pour ça qu'ils ont le covid. Une multitude de virus circulent. Ces petits-enfants légèrement malades n'ont pas d'impact significatif sur les autres enfants. Par contre, les adultes présents dans ces structures sont à risque, rappelle le virologue. "S'ils présentent des symptômes, les adultes doivent se faire tester. Les enfants ayant été en contact avec un adulte positif sont à hauts risques et doivent être mis en quarantaine."

A l'école primaire, si un enfant est testé positif, tous les autres enfants de la classe et l'enseignant sont considérés comme étant à faible risque. C'est également le cas si l'enseignant est déclaré infecté, étant donné qu'il doit porter un masque. Il n'y a pas de quarantaine à appliquer. 

A l'école secondaire, ce sont les mêmes règles que les adultes qui s'appliquent. Si un élève est positif, ses contacts étroits sont déclarés à haut risque. Exceptionnellement, dans certaines structures, lorsque le virus circule beaucoup, il peut être nécessaire d'analyser la situation et, dans des contextes particuliers, il peut être nécessaire de fermer toute une classe, voire une école.

Quarantaine Covid
© IPM Graphics

Sur smartphone, clliquez sur l'image pour l'agrandir © AFP