Il s'agit d'une première mondiale dans le domaine de la chirurgie orthopédique. L'enfant est atteint de pseudarthrose congénitale du tibia, une maladie rare et invalidante qui empêche la guérison d'une fracture du tibia. Les chirurgiens des cliniques Saint-Luc ont donc utilisé la technologie de la spin-off de l'UCLouvain Novadip Biosciences pour greffer au jeune patient un implant tissulaire en 3D de plus de 18 cm³.

"Le greffon, qui pourrait être comparé à une sorte de plasticine, est directement implanté dans la fracture non cicatrisante", détaille l'université. "Un an après l'implantation, les résultats montrent un remodelage osseux suffisant pour permettre au patient de marcher sans douleur et sans récidive apparente de la maladie."

Aujourd'hui, deux ans après l'opération, l'enfant marche normalement.

Cette "thérapie cellulaire tridimensionnelle" donne des résultats très prometteurs pour le traitement des troubles orthopédiques pédiatriques rares, se réjouit l'université.

Novadip a pour objectif de trouver de nouvelles solutions pour la reconstruction des tissus osseux chez des patients pour lesquels il n'existe pas de traitement. Les scientifiques misent sur la guérison des tissus endommagés en rétablissant leur physiologie naturelle.