"Sur la base d'avis scientifiques récents, les ministres belges de la Santé ont décidé de remplacer (le vaccin) AstraZeneca par d'autres vaccins pour les personnes âgées de 18 à 55 ans; pour les personnes de 56 ans et plus, tous les vaccins continueront d'être administrés", indique un communiqué des autorités sanitaires.

D'autres pays ont déjà pris des mesures similaires. La France réserve le vaccin aux personnes de 55 ans et plus, l'Allemagne et les Pays-Bas aux plus de 60 ans.

Cette mesure sera réévaluée dans quatre semaines, précise le communiqué de la conférence interministérielle Santé publique qui a rassemblé autour du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke ses homologues des entités fédérées.

Cette décision se fonde sur les avis du Conseil Supérieur de la Santé et de la "Task Force Vaccination" du pays, ainsi que sur les conclusions présentées mercredi par l'EMA.

"Le Comité de pharmacovigilance (PRAC) et l'EMA attirent l'attention sur les rapports d'effets secondaires très rares (combinaison d'une réduction du nombre de plaquettes et de thromboses graves) jusqu'à 14 jours après l'administration du vaccin AstraZeneca (AZ), en particulier chez des personnes jeunes, notamment en Allemagne, en France et au Royaume-Uni", poursuit le communiqué. "Il s'agit de 100 cas sur plus de 25 millions de personnes vaccinées".

"A partir de 56 ans, la vaccination réduit significativement les risques d'hospitalisation et de décès tandis que les effets secondaires attendus demeurent eux extrêmement rares", indiquent encore les autorités sanitaires belges.

"L'EMA souligne que les avantages d'AstraZeneca l'emportent toujours sur les risques", rappellent-elles.