Santé À partir de cette année scolaire, les garçons de pre-mière secondaire pourront se faire vacciner à l’école.

Cette année, les garçons inscrits en première secondaire pourront bénéficier pour la première fois d’une vaccination gratuite contre le virus du papillome humain (VPH). Pour les filles, le vaccin est gratuit depuis 2011.

À l’occasion de la rentrée scolaire, parents et enfants seront informés de cette possibilité et leur accord sera demandé. Ce vaccin n’est pas obligatoire mais il est vivement recommandé par la Fondation contre le Cancer, indique l’association sur son site internet.

Le VPH peut se transmettre lors de rapports sexuels, lorsqu’une peau ou une muqueuse saine entre en contact avec une peau ou une muqueuse infectée. Le pénis, le vagin, le col de l’utérus, la région anale ou la gorge sont des zones particulièrement exposées.

La plupart du temps , l’organisme vient à bout de l’infection et élimine le virus. Mais il arrive que le virus ne quitte pas le corps de la personne, qui développe alors une infection chronique.

Dans les situations bénignes, ces infections chroniques se manifestent par des verrues génitales. Cependant, l’infection peut aller jusqu’à se transformer en divers types de cancer, comme celui du col de l’utérus, du pénis, de la gorge et de la région anale.

En se faisant vacciner, les garçons diminuent leur risque d’être porteur du virus mais aussi celui de transmettre le virus lors de rapports sexuels.

"L’usage du préservatif ne constitue pas une protection suffisante, d’où l’importance de recevoir ce vaccin avant les premières relations sexuelles. La vaccination ne protège pas de la transmission du virus, mais empêche qu’il ne mue en infection chronique et entraîne des verrues ou un cancer. Malgré tout, un faible risque persiste toujours, car le vaccin n’est pas efficace contre tous les types de papillomavirus.", précise la Fondation contre le Cancer.