Santé

Chez nous, on estime qu'une personne sur 5 développe au cours de sa vie une forme de cancer de la peau.

37 000, c'est le nombre de cancers cutanés enregistrés en Belgique en 2015. C'était trois fois plus qu'en 2004, année durant laquelle on a compté 11 000 cancers cutanés. Actuellement, on estime qu'une personne sur cinq développe au cours de sa vie une forme de cancer de la peau, et une sur 75 un mélanome.

Les chiffres interpellent. Mais si le nombre de cancers cutanés a triplé en 10 ans, des modifications importantes ont été mises en évidence dans la prise en charge des cancers cutanés avancés avec les succès des immunothérapies et des thérapies ciblées. Malgré des effets secondaires inévitables, la plupart des cancers cutanés restent localisés et peuvent guérir par des traitements locaux d’ordre dermatologique et chirurgical.

L'importance de la prévention et du dépistage

Afin d’enrayer la croissance du nombre des tumeurs cutanées, la prévention est primordiale. Au plus tôt on s'attaque au cancer, au plus on aura de chances d'en venir à bout. Pour prévenir son installation néfaste dans notre corps, le mieux est de se faire dépister le plus tôt possible. Le dépistage cutané consiste en l’examen méticuleux de l’ensemble de la peau. Il est recommandé chez tout le monde, et ce dès l’enfance. Le rythme recommandé des surveillances est annuel, mais peut varier en fonction de certains facteurs individuels. Les personnes avec une peau claire, des cheveux blonds ou roux, et un bronzage difficile sont, de base, davantage exposées au développement d'un cancer cutané. La présence de nombreux grains de beauté (plus de 40), ou des lésions larges (de plus de 8 mm) ou irrégulières sont également des facteurs de risque. Une attention particulière sera portée aux personnes qui connaissent des antécédents familiaux et aux patients ayant été intensément exposés aux UV ou qui ont eu des gros coups de soleil dans l’enfance.

Pour se faire dépister, un dermatologue aura recours à la dermoscopie, une méthode simple et facile à l’emploi pour le diagnostic précoce du mélanome ou d’autres taches suspectes. L’agrandissement de 10 fois permet de donner des détails très importants pour le diagnostic différentiel. En pratique, les dermatologues utilisent une approche prenant en compte non seulement les caractéristiques cliniques de la lésion, mais aussi l’analyse comparative de cette dernière par rapport à l’ensemble des grains de beauté du sujet. Une lésion pigmentée est ainsi d’autant plus suspecte qu’elle est différente des autres (signe du « vilain petit canard »). La prise de photos numériques est un outil supplémentaire réservé aux patients présentant plusieurs facteurs de risque.

La Re-Source

Dans le cadre des 10èmes Rencontres du Chirec Cancer Institute (CCI), ce samedi 5 octobre, Re-Source vous ouvre ses portes. Il s'agit de la première maison d’accompagnement global pour les personnes touchées par le cancer en région bruxelloise. L'association offre un espace chaleureux pour accueillir toute personne malade, ainsi que ses proches en recherche d'attention, d'écoute ou de soutien psychologique. La maison propose un large programme d’activités complémentaires aux soins oncologiques classiques et, ce, autour de quatre axes principaux : Être, Bouger, Manger, Partager. Ce samedi, de nombreuses activités seront organisées entre 15h30 et 17h45 : mini-conférences, massages, buffet santé, ateliers démos (shiatsu zen, pleine conscience, yoga, afin de découvrir cet espace ouvert à tous.