En octobre, selon les chiffres communiqués par Sciensano, c'est plus de 700 patients covid qui ont pu profiter de ce système afin de pouvoir recevoir les soins dans les meilleures conditions possibles. Et si le transfert de patients entre les hôpitaux wallons et flamands a parfois été pointé du doigt pendant la crise, c'est la province de Flandre orientale qui a accueilli le plus de patients en octobre.

Mais le transfert de ces patients ne se limite pas à nos frontières : en octobre déjà, l'Allemagne accueillait 13 de nos patients.

La main tendue de la France

"La solidarité européenne sauve des vies", remerciait Emmanuel Macron alors que la première vague submergeait les hôpitaux français de certaines régions, obligeant certains patients à être transférés vers les pays limitrophes.

Cette fois, c'est la France qui s'appuie sur ce principe et propose, selon les informations du Parisien, d'accueillir les patients belges, italiens et suisses. Pourtant, dans les hôpitaux français, le taux d'occupation en réanimation reste très haut et atteint 94,1%.

En région parisienne, l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris, qui compte 39 établissements, a annoncé pouvoir accueillir des malades si besoin. Actuellement, ces hôpitaux n'ont pas encore accueilli de patients venant de Belgique, de Suisse ou d'Italie, mais la porte est donc ouverte.