"La troisième phase est la dernière avant que le vaccin ne soit effectivement produit, s'il est approuvé", a déclaré le président de l'Agence de la santé, Abdullah bin Mohammed al-Hamed, dans une vidéo publiée vendredi. Selon le gouvernement, le vaccin serait testé sur 15.000 personnes au cours des six prochains mois. Il s'agit d'un produit de la société pharmaceutique chinoise Sinopharm basé sur des coronavirus morts, rapporte la société pharmaceutique arabe G42 d'Abu Dhabi. Les Émirats arabes unis étaient le partenaire privilégié pour une collaboration, car plus de 200 nationalités y vivent, ce qui rend possible la recherche sur de multiples groupes ethniques. Selon les autorités, il y a un peu plus de 8.000 cas de coronavirus confirmés dans les Émirats.

La phase 3 des essais cliniques fait suite aux phases 1 et 2 menées avec succès par Sinopharm en Chine. Lors de ces phases de tests précédentes, 100 sujets avaient développé des anticorps.

Il y a actuellement plus de 150 projets dans le monde visant à produire un vaccin. Une vingtaine est en cours de test sur l'homme.