Ils ne leur conviennent pas dans de nombreux pas.

En Europe, un enfant hospitalisé sur deux reçoit des médicaments qui ne sont pas adaptés à ses besoins spécifiques. C’est surtout le cas pour le traitement de pathologies rares.

En cause : des études cliniques insuffisantes.

En effet, très peu de médicaments sont testés sur les enfants avant leur commercialisation. "Réaliser des tests sur des enfants est beaucoup plus lent et compliqué que sur les adultes, il y a aussi des questions d’assurance à prendre en compte et ce n’est donc pas intéressant pour les firmes pharmaceutiques", nous explique Marie Hechtermans, docteur en médecine.

Le problème est particulièrement présent pour le traitement du cancer chez les enfants : "Il faut obtenir l’accord des deux parents et bien souvent, lors de traitements lourds comme la chimiothérapie qui peut causer de grandes souffrances, ils peuvent se montrent réticents". ajoute-t-elle.

Bien souvent, les enfants sont donc traités avec des médicaments qui n’ont été testés que sur des animaux et des adultes, et cette situation pose problème dans un certain nombre des cas.

"Le risque principal est le surdosage qui risque d’augmenter considérablement les probabilités d’effets secondaires. Ainsi, pour un médicament qui peut provoquer des vomissements chez un adulte sur dix, la proportion peut grimper jusqu’à cinq sur dix chez les enfants", explique le docteur.

On peut également rencontrer des problèmes de sous-dosage qui ne permettent ainsi pas au médicament d’agir efficacement.

Un enfant n’est pas un adulte miniature. Son métabolisme ne fonctionne pas de la même manière et ses organes ne sont pas encore bien développés. On ne peut donc pas se contenter de couper en deux un médicament prévu pour une personne de 70 kilos afin qu’il convienne à un enfant de 35 kilos.

Par exemple , le foie d’un enfant ne fonctionne pas de la même façon que celui d’un adulte, donc certains médicaments peuvent se révéler beaucoup plus toxiques. Même si on peut les croire inoffensifs, les sirops pour la toux prescrits aux adultes peuvent ainsi s’avérer très dangereux pour les enfants de moins de six ans.

Mais que faire alors quand son enfant tombe malade et qu’on a uniquement des médicaments pour adultes sous la main?

"Il ne faut jamais donner un médicament pour adulte à un enfant sans avoir reçu l’avis positif d’un médecin. Les soignants savent ce qu’ils font et peuvent adapter les dosages à leurs patients en fonction de leurs besoins." conseille le Docteur Hechtermans