Le nombre de doses de vaccin contre la Covid-19 perdues est très limité jusqu'à présent, à entendre Sabine Stordeur, co-responsable de la taskforce de la Stratégie de vaccination entendue lundi devant la commission spéciale Covid de la Chambre. Il s'élève à 1.603 unités pour 1.165.974 doses administrées jusqu'à présent, alors que la phase 1A de la campagne de vaccination s'achève et que commence la phase 1B. Les pertes sont donc loin des 2% de pertes prévues en théorie sur la base de la campagne de vaccination menée en Grande Bretagne. Elles s'expliquent jusqu'à présent par certains incidents, comme une panne d'électricité dans une maison de repos.

La professeur de l'UCLouvain a procédé à une série de mises au point devant les députés, notamment à propos des citoyens qui ne souhaitent pas se faire vacciner. Dans l'invitation qui leur est adressée, ils peuvent indiquer ce choix mais il peut traduire une hésitation ou changer par la suite. Rien n'empêche une personne qui a changé d'avis de se manifester auprès du call center de la vaccination pour revenir dans les listes.

"Peut-être qu'une communication pourrait être faite pour clarifier cela pour les citoyens", a reconnu Mme Stordeur.

La co-pilote de la campagne de vaccination remarque une adhésion en hausse de la population à la vaccination, en particulier dans la partie francophone du pays. Son collègue, Dirk Ramaekers, président de la taskforce a lancé un appel à la population, particulièrement les jeunes, pour qu'elle se fasse vacciner. "Vous devez faire preuve de solidarité par rapport aux plus vulnérables", a-t-il dit.

Cette adhésion est l'un des éléments qui permettra d'atteindre une immunité collective de 70%. Ce taux reste en vigueur, les vaccins actuellement ou bientôt disponibles étant efficaces contre les variants connus en Belgique, selon M. Ramaekers.

L'autre point crucial de la campagne de vaccination est la fourniture des doses. Même si les vaccins ont été mis au point plus vite qu'on ne le pensait, la livraison des doses promises reste sujette à caution. Pfizer a connu des problèmes au début mais le rythme est maintenant régulier et la société a fourni aujourd'hui environ 1 million de vaccins. Moderna, avec 158.400 doses, s'avère plus irrégulier.

Avec 475.200 doses, AstraZeneca se situe à la moitié de ce qui est attendu. "Décevant", a jugé M. Ramaekers qui s'attend à ce qu'au deuxième trimestre, 40% à 50% de la quantité attendue seulement soient livrés, c'est-à-dire autour de 2 millions de doses. Les 4,6 millions de doses de Pfizer lui paraissent en revanche réalistes, de même que les 900.000 doses de Moderna.

Le vaccin de Johnson & Johnson demeure la "grande inconnue". La Belgique doit recevoir 1,4 million de doses. Les premières livraisons sont attendues à la mi-avril mais le nombre de doses n'est pas encore connu, ce qui suscite des "préoccupations". La société ne souhaite communiquer ses informations qu'un mois à l'avance. Elles sont donc attendues dans les prochains jours.