"Tout le monde a le droit aux meilleurs soins. Mais tout le monde ne sait pas ce que ceux-ci vont leur coûter. Par peur de ces frais, beaucoup de gens reportent leurs soins", souligne la députée.

A ce jour, les prestataires de soins ont l'obligation de faire savoir à leurs patients s'ils sont conventionnés ou pas. Mais rien dans la loi ne leur impose d'afficher leurs tarifs.

Ceux-ci devront être clairs et lisibles. La communication devra en outre préciser les différences entre le tarif, le remboursement, le ticket modérateur et les éventuels suppléments.