Santé

Sandrine Gaouenn a été diagnostiquée autiste Asperger et haut potentiel à 39 ans. Elle raconte son parcours atypique dans son livre.

A l’âge de 39 ans, Sandrine Gaouenn est diagnostiquée Asperger et haut potentiel. Une révélation synonyme de libération : “J’ai toujours cru que les problèmes venaient de moi, que j’y mettais de la mauvaise volonté. On me l’a souvent dit. Quand on a mis des mots sur ce que j’avais, j’ai compris que ce n'était pas le cas”.

Dans son ouvrage, “Maman est autiste, et elle déchire” paru aux éditions Josette Lyon, Sandrine Gaouenn revient sur sa vie atypique. Son enfance et son adolescence sont difficiles. Elle est sujette à des crises d’angoisse. Le monde qui l'entoure lui fait peur. Un (heureux) événement la sort de ce chaos : elle tombe enceinte. “Je n’ai pas vu arriver la maternité. Les choses se sont passées ainsi. Je me suis tout de suite plu dans ce rôle de maman”.

Devenir maman aurait pu effrayer Sandrine. Elle en ressort transformée : “Je me suis décentrée de mes propres difficultés. Je me suis construite moi-même. Je me suis obligée à me structurer, à avoir un rythme, à me poser. Être maman et autiste, c’est possible, même s’il y a des difficultés. Mais quelle maman n’en a pas ?”.

“Ton analyse nous a servi à nous repérer dans ce drôle de monde”

Sandrine a quatre enfants, deux filles et deux garçons. Lorsqu’ils étaient plus petits, elle avoue avoir eu du mal à les laisser sortir ou aller chez des copains. Ses enfants lui en ont fait le reproche comme elle l’explique dans son livre, mais ils ne savaient pas que ces activités sociales lui coûtaient autant d’énergie. “Au square, c’était difficile à cause du bruit, j’y suis très sensible. C’est encore le cas aujourd’hui, mais je m’adapte mieux aux situations. J’ai fait un vrai travail sur moi-même, ce sont des années de pratique”.

Il y a les difficultés, mais pas seulement. Le syndrome d’Asperger a donné de la force à Sandrine et sa famille. “J’ai réussi à les conseiller en fonction de ma propre expérience sur les relations avec les autres, d’autant plus que mon troisième enfant a lui aussi été diagnostiqué autiste Asperger”. Dans le livre, les quatre enfants de Sandrine lui adressent de nombreux compliments. “Tu as toujours su transmettre des notions de respect, des conseils sur la vie, les relations aux autres. Tu nous as toujours parlé comme à de vraies personnes. Nous avons vite été capables d’analyse, et de recul, grâce à notre éducation. Ton analyse nous a bien servi à nous repérer dans ce drôle de monde”.

Les trois aînés de Sandrine ont appris pour le syndrome de leur mère alors qu’ils étaient adolescents. “Cela leur est complètement égal que je sois autiste Asperger, ça ne change rien à leur vie. Je suis une maman comme une autre pour eux”. A travers son livre, Sandrine souhaite que le regard sur les personnes autistes changent, qu'on les rende visibles et qu’elles cessent d’être jugées. “C’est encore difficile de dire qu’on est autiste Asperger. Je fais les choses différemment. je n’ai pas la même vie, mais elle me convient”.

© D.R