La transposition de la directive européenne est un pas en avant, mais Maggie De Block compte aller encore plus loin.

La lutte contre le tabagisme est une priorité de la ministre de la Santé, Maggie De Block. Au cours de la législature actuelle, les accises ont déjà augmenté de 10,4 % pour le tabac à rouler et de 2 % pour les cigarettes. En outre, le remboursement d’une deuxième tentative d’arrêt du tabac à l’aide du produit Champix ainsi que le remboursement des consultations chez un tabacologue ont été mis en place.

De quoi aller plus loin encore que la transposition de la directive européenne sur les produits de tabac et l’e-cigarette dont les arrêtés royaux ont été publiés hier. Rappel des nouvelles règles.

Ingrédients et émissions

Les émissions d’une cigarette ne peuvent dépasser 10 mg de goudron, 10 mg de monoxyde de carbone et 1 mg de nicotine. En outre, les produits de tabac ne peuvent contenir d’arôme spécifique, ni de vitamine ou de caféine. Une seule exception est prévue pour les produits du tabac contenant un arôme dont le volume de vente représente plus de 3 % de la production totale dans l’Union européenne. L’exception sera cependant levée le 20 mai 2020, date à laquelle ces produits seront interdits.

Étiquetage et emballage

Dès le 16 mai prochain, les avertissements combinant textes et photos devront couvrir 65 % de la surface avant et arrière des paquets de cigarettes et de tabac à rouler. Ils devront aussi reprendre deux avertissements : "Fumer tue - Arrêtez maintenant" et "La fumée du tabac contient plus de 70 substances cancérigènes." En outre, les paquets de cigarettes devront contenir au minimum 20 cigarettes, tandis que les paquets de tabac devront en contenir au moins 30 grammes.

E-cigarette

Un autre arrêté royal a également été adopté, régissant la vente des e-cigarettes avec nicotine. À partir du 13 mars, elles pourront être commercialisées en dehors des pharmacies, mais selon des conditions strictes. Aucun additif pouvant être considéré comme "bon pour la santé" tels que vitamines et stimulants ne sont autorisés. La dose de nicotine ne peut non plus excéder 20 mg/ml. Le liquide ne peut être vendu que via des recharges spéciales (max 10 ml), ou dans la cigarette même sous la forme d’un produit jetable et dans les cartouches à usage unique, à condition que le volume des cartouches ou réservoirs n’excède pas plus de 2 ml.

Les e-cigarettes ne peuvent pas être vendues via Internet et à des jeunes de moins de 16 ans. Enfin, elles doivent être accompagnées d’une notice précisant que la nicotine crée une forte dépendance et que son utilisation par les non-fumeurs n’est pas recommandée. Contrairement aux idées reçues, le vapotage est aussi interdit dans les lieux publics fermés, tels que cafés ou restaurants.