Installée à Cambridge dans le Massachusetts en 2010, la société de biotechnologie Moderna a longtemps été la chérie des investisseurs, mais ce n'est qu'avec la pandémie qu'elle a pu prouver sa nouvelle technologie vaccinale, faisant de ses fondateurs des milliardaires.

Après l'annonce lundi que son vaccin expérimental contre le Covid-19 était efficace à 94,5%, un niveau très élevé et comparable au vaccin contre la rougeole, le cours de l'action a poursuivi son envol. Depuis janvier, il a été multiplié par plus de cinq.

Son patron depuis 2011, le Français Stéphane Bancel, est devenu milliardaire en avril, quand des résultats très préliminaires des essais cliniques ont été publiés. Il pèse désormais 3 milliards de dollars, grâce à ses 9% de parts dans la société, selon Forbes.

De nombreux investisseurs avaient parié sur la "biotech" dans la dernière décennie, sans doute en partie grâce au talent de vendeur de son directeur général. En 2018, elle avait battu le record de l'introduction en bourse pour une biotech.

Le buzz était réel aussi chez les scientifiques, convaincus que la technologie était prometteuse. Un aréopage de chercheurs dont un prix Nobel composait son conseil scientifique.

Deux professeurs et investisseurs de renom, Timothy Springer d'Harvard et Robert Langer du MIT, ont chacun investi très tôt dans Moderna et en récoltent aujourd'hui les fruits: les deux sont devenus milliardaires cette année, selon Forbes.

La société promettait à l'origine d'ajouter "une catégorie totalement nouvelle de médicaments dans l'arsenal pharmaceutique dans la lutte contre les maladies importantes", selon un cofondateur en 2012.

Pourtant à ce jour, aucun produit n'a encore obtenu d'autorisation de mise sur le marché.

Le nom de Moderna est une combinaison de "modifier" et "RNA" (ARN, en français): la technologie consiste à insérer dans nos cellules des brins d'instructions génétiques sous la forme d'ARN, afin de leur faire fabriquer des protéines sur commande, selon la maladie contre laquelle on veut lutter.

L'idée date des années 1990 mais ce n'est que dans les années 2000 qu'un obstacle biologique important a été contourné, permettant d'éviter que l'ARN messager "intrus", très fragile, soit détruit par l'organisme.

"Guerrier"

L'une des premières idées de Moderna était de créer des vaccins personnalisés contre des cancers (des projets toujours en développement). Mais Moderna s'est aussi vite concentrée sur les virus, qui concernent la majorité des essais cliniques aujourd'hui en cours: contre Zika, le virus d'Epstein-Barr (mononucléose), le virus respiratoire syncytial (bronchiolite...), le cytomégalovirus (qui peut poser un risque chez le foetus), ou tout simplement la grippe.

L'ancien patron de Stéphane Bancel lorsqu'il directeur général de bioMérieux, Alain Mérieux, a dit de lui aux Echos qu'il avait un "tempérament guerrier", un qualificatif que ne renie pas l'intéressé... au nom de la quête de traitements pour les patients.

"Est-ce que c'était intense comme lieu de travail? Oui. Est-ce que je m'en excuse? Non", a-t-il répondu en 2016 au site Statnews, qui avait publié une enquête sur les pratiques dures de ressources humaines dans la start-up, attribuées au style de management de M. Bancel.

Avec un millier de salariés, dont la moitié dans sa propre usine dans le Massachusetts, Moderna n'a pas les moyens de produire assez de vaccins pour la planète. Aidée par des subventions et un contrat d'approvisionnement pour le gouvernement américain, elle a donc noué des partenariats avec des producteurs pharmaceutiques établis, qui ont des usines en Europe et aux Etats-Unis: Lonza, Rovi, Catalent.

Avec son optimisme habituel, Stéphane Bancel continue de promettre entre 500 millions et un milliard de doses en 2021. Il espère une autorisation de mise sur le marché dès la fin de l'année aux Etats-Unis, d'abord pour les personnes les plus à risque, et suggère une autorisation plus tard pour les enfants.

"Ils pourraient être vaccinés à l'été prochain, pour retourner à l'école en septembre 2021, et revenir à une vie normale", a-t-il dit lundi sur Fox Business.