Le vaccin "a montré une protection de 100% contre les formes modérées et sévères de la maladie et de 90,4% globalement", a indiqué l'entreprise de biotechnologie américaine dans un communiqué, précisant qu'elle comptait demander une autorisation officielle de mise sur le marché d'ici la fin du troisième trimestre 2021.

Novavax estime être alors en mesure de produire cent millions de doses par mois, puis cent cinquante millions d'ici la fin de l'année.

"Novavax s'est rapprochée de son objectif de répondre à la demande persistante et cruciale pour la santé publique dans le monde de nouveaux vaccins anti-Covid", a déclaré Stanley Erck, président de l'entreprise.

Le vaccin de Novavax - NVX-CoV2373 dans la terminologie officielle - utilise une technologie différente de celles employées pour les vaccins déjà largement autorisés dans le monde: c'est un vaccin dit "sous-unitaire", à base de protéines qui déclenchent une réponse immunitaire, sans virus.

Contrairement à d'autres vaccins, il n'a pas besoin d'être conservé à des températures très froides, mais seulement entre 2 et 8°C, ce qui pourrait permettre de le transporter et de l'administrer plus facilement dans les pays les moins développés.

Plus de deux milliards de doses de vaccins contre le Covid-19 ont été administrées dans le monde, mais les inégalités sont très fortes entre les nations.

Les pays les plus riches ont promis vendredi un milliard de doses de vaccins anti-Covid aux plus démunis lors du Sommet du G7.