Santé Les fameux 5 fruits et légumes par jour peuvent nous sauver du surpoids mais aussi de la dépression.

L’adolescence, ce n’est vraiment pas une période évidente à vivre. Corps qui change, boutons qui s’invitent, voix qui mue, bouleversements hormonaux… À ces changements physiques, se greffent des questionnements en pagaille sur son identité, sur la sexualité, sur sa liberté, sur sa place dans le groupe. Et tout ça sur fond de réseaux sociaux omniprésents. On peut mieux comprendre pourquoi les jeunes adorent dormir (longtemps). Quel agenda !

Ce faisant, des études ont mis en avant un fait particulièrement interpellant et de plus en plus diagnostiqué chez les ados : la dépression. Par exemple, entre 2005 et 2017, les épisodes dépressifs ont explosé chez les Américains entre 13 et 17 ans. Un bond de 52 %. Et après 17 ans, c’est encore pire.

Et si les causes de cet état dépressif sont nombreuses, une étude sortie en septembre met en lumière le rapport entre malbouffe et dépression. Un snack à l’école, une pause de midi sur le pouce et la facilité des fast-foods, les tentations de manger une petite "crasse" sont partout. Conséquence : trop de sodium (qu’on trouve dans la nourriture industrielle) et pas assez de potassium (en nombre dans les végétaux) dans l’organisme, ce qui peut créer des perturbations au niveau psychologique.

D’où l’importance de ces fameux "5 fruits et légumes par jour" que tous les mômes ont en tête.

Mais ça veut dire quoi au juste ? Cinq bananes d’un coup, ça peut marcher ? "Une banane cela équivaut à deux portions", souligne la diététicienne Shoshana Dalpe. "Une portion, c’est 80 g environ". Ce qui compte dans cette phrase devenue culte (et qui est loin d’être suivie) c’est la quantité de protéines, de nutriments de fibres et de vitamines et de minéraux "qui sont indispensables à notre organisme", à l’inverse du sucre et des graisses saturées. Les spécialistes conseillent deux portions de fruits et trois de légumes. Des exemples : 2 kiwis ou 3 abricots, une orange ou deux mandarines ou une pomme correspondent à une portion de fruit. Une poignée de radis ou de haricots verts, un bol de soupe équivalent à une portion de légumes. 80 % des gens en moyennent ne consomment pas ces 5 portions…

Et pourtant, Hélène Laurendeau, une nutritionniste, va plus loin : si tout le monde mangeait l’équivalent de 800 g de fruits et de légumes, (soit 10 portions), il y aurait considérablement moins d’hypertension, moins de diabète et moins d’obésité, de surpoids. Et de dépression. À vos mandarines et champignons, c’est de saison !