Les chiffres des contaminations virales saisonnières ont rarement été aussi bas en Belgique.

Et pour cause, le port du masque, le lavage des mains et bien évidemment la fermeture des lieux où les rassemblements sont importants, comme les bars et les restaurants, ont un impact non négligeable sur la circulation d’autres virus qui se transmettent majoritairement par les gouttelettes respiratoires et les aérosols. Tous les virus respiratoires saisonniers sont en effet en baisse chez nous. "Pour l’instant, il y a très peu de cas de grippe dans notre pays. Le nombre est vraiment à un niveau très bas, bien qu’il y ait dans la semaine du 25/1 au 31/1 une légère augmentation des consultations pour les infections respiratoires et le syndrome grippal, ainsi qu’une stabilisation du nombre de consultations pour la diarrhée aiguë. Mais le nombre de consultations pour ces affections (qui sont principalement d’origine virale) cet hiver est nettement inférieur aux autres années", indique Sciensano.

"Des attitudes à conserver"

Et même si cela reste difficile à prouver, il est fort possible qu’il s’agisse d’un effet favorable des mesures d’hygiène et de distance actuelles. Pour se rendre compte de ce phénomène, direction les salles d’attente des généralistes. "On voit vraiment peu de patients concernant les infections des voies respiratoires supérieures, que ce soit pour les rhinovirus, les grippes ou encore les bronchites", révèle le Dr Thomas Orban, médecin généraliste. "On a une charge de travail plus importante à cause du Covid mais la charge concernant les virus saisonniers est beaucoup moins forte, par rapport à une saison normale en tout cas. Et je pense que c’est lié aux mesures d’hygiène imposées par le Covid, comme le lavage des mains qui est beaucoup plus respecté aujourd’hui alors que c’est un conseil de santé très ancien. Les mesures actuelles diminuent en effet la circulation de ces épidémies saisonnières, il faut espérer que certaines mesures comme le lavage des mains et l’hygiène personnelle continuent après la crise. Ces gestes basiques aideraient à contenir de nombreux virus respiratoires", conclut celui qui est aussi président de la société scientifique de médecine générale.

Cette situation n’est pas seulement relative à la Belgique. L’OMS a indiqué que l’activité grippale reste à un niveau très bas en Europe.