Deux nouveaux candidats vaccins utilisant la technologie de l'ARN messager, la même que pour certains vaccins contre le Covid-19, sont en préparation: mercredi, l'alliance Pfizer-BioNTech a annoncé une nouvelle collaboration contre le zona, tandis que Moderna a dit avoir commencé ses essais contre la mononucléose.

La technologie de l'ARNm n'a pour l'instant pas été appliquée pour d'autres virus que celui à l'origine du Covid-19, mais est considérée comme prometteuse dans la lutte contre de nombreuses maladies. Plusieurs projets de vaccins à base d'ARN messager, contre la grippe ou le VIH, sont en cours de développement.

L'entreprise américaine Moderna a annoncé mercredi avoir injecté une première dose à un participant, dans le cadre d'essais pour évaluer un vaccin contre le virus d'Epstein-Barr (EBV), qui cause notamment la mononucléose infectieuse.

Ces essais impliqueront environ 270 personnes de 18 à 30 ans aux Etats-Unis.

Cette maladie, qui se transmet notamment par la salive -- lui valant son surnom de "maladie du baiser" --, peut provoquer une grande fatigue, de la fièvre ou une angine. Elle peut durer plusieurs mois, et parfois entraîner des complications.

"L'EBV est de l'une des infections virales les plus communes dans le monde, et malgré le fait qu'elle cause la mononucléose infectieuse, qui touche des millions d'adolescents sur la planète, aucun vaccin n'est actuellement disponible", a déclaré dans un communiqué Stéphane Bancel, le patron de Moderna.

Meilleure efficacité visée

L'accord entre les laboratoires américain Pfizer et allemand BioNTech porte lui sur "la recherche, le développement et la commercialisation" d'un vaccin contre le zona, selon un communiqué.

Il s'agit de la manifestation d'une réactivation du virus de la varicelle. Après la varicelle, le virus reste en sommeil et peut se réactiver plus tard dans la vie, en raison d'un facteur déclenchant tel que le stress ou l'immunodépression. Habituellement bénigne, cette infection localisée peut entraîner l'apparition de plaques douloureuses.

Les essais cliniques devraient commencer "dans la seconde moitié de 2022", précisent les entreprises.

Bien qu'il existe actuellement des vaccins approuvés contre le zona, elles estiment qu'il est possible de mettre au point un vaccin amélioré, plus efficace et mieux toléré, grâce à la technologie ARNm.

"Les adultes de plus de 50 ans ainsi que les populations vulnérables, comme les patients atteints de cancer, présentent un risque accru de zona. Notre objectif est de développer un vaccin à ARNm avec un profil de sécurité favorable et une efficacité élevée", explique Ugur Sahin, président de BioNTech, cité dans le communiqué.

La collaboration entre le géant pharmaceutique américain et la biotech allemande avait débuté en 2018 par un projet de vaccin contre la grippe, toujours en cours.

Ce programme avait été supplanté en 2020 par l'apparition du nouveau coronavirus, conduisant les deux entreprises à développer en un temps record le premier vaccin à ARN messager approuvé contre le Covid-19.

BioNTech, pionnier dans la recherche sur cette technologie, travaille de son côté sur des vaccins contre plusieurs maladies dont la tuberculose, le paludisme et certains cancers.