Depuis mercredi, les jeunes de Flandre peuvent demander à être vaccinés avec le vaccin de Johnson & Johnson. En Wallonie, l'AFMPS (l'agence fédérale des médicaments) à décidé de maintenir l'administration de ce vaccin aux personnes de plus de 41 ans. L'objectif est de garder les stocks, expliquait-on au cabinet Morreale.

Un enthousiasme élevé

Les personnes qui s'inscrivent sont d'abord invitées à "mettre en balance les avantages et le risque d'un effet secondaire grave". Pourtant, l'enthousiasme semble élevé. "Nous sommes agréablement surpris", a déclaré Dirk Ramaekers, responsable du groupe de travail sur la vaccination. "Selon les derniers chiffres, plus de 84 000 jeunes ont déjà posé leur candidature. Le vaccin est particulièrement populaire chez les jeunes d'une vingtaine d'années." A noter que le vaccin J&J est le seul actuellement autorisé en Belgique à ne nécessiter qu'une seule dose.

"Très peu ont encore reçu effectivement le vaccin", note tout de même M. Ramaekers. "Cela ne se produira que dans les semaines à venir."

Retards de livraison

Pour l'ensemble du deuxième trimestre, on attend actuellement un total d'environ 450.000 doses du vaccin de Janssen, soit la moitié de ce qui avait été annoncé auparavant.

Il n'y a en outre pas beaucoup de perspectives pour les semaines à venir, si ce n'est une livraison "très maigre" de 24.000 doses du vaccin de Johnson & Johnson la semaine prochaine, a déploré Sabine Stordeur, responsable francophone de la taskforce vaccination. On ignore en outre encore le schéma de livraison de l'entreprise américaine pour les semaines à venir.

Cela alors que la Belgique recevra à nouveau la semaine prochaine plus d'1,1 million de vaccins: plus de 800.000 de Pfizer, 167.000 de Moderna, 125.000 d'AstraZeneca et, donc, 24.000 de Johnson & Johnson.

"C'est particulièrement malheureux parce que nous sommes juste dans cette phase finale avec des volumes élevés et les jeunes qui sont ciblés. Il semble qu'il n'y aura pas de changement en juin et juillet", a déploré, de son côté, Dirk Ramaekers, responsable flamand de la taskforce vaccination.

"Il ne sera donc pas question de la méga augmentation à laquelle nous pouvions nous attendre en juillet. Au total, nous parlons d'un retard de trois semaines par rapport à nos estimations initiales, où nous espérions davantage de vaccins Johnson & Johnson", a-t-il encore expliqué.