Le port du masque en tissu est de plus en plus pointé du doigt. En début de semaine, nos collègues de la VRT annonçaient que certains hôpitaux commencent à interdire le port du masque en tissu. Le problème de ces masques est qu’ils ne seraient pas lavés assez régulièrement. Ils seraient donc "non hygiéniques" et ne protégeraient pas assez bien.

Une mesure que soutient également Yves Coppieters, qui nous expliquait que les mesures de protection actuelles pourraient s’avérer insuffisantes à titre individuel. "Peut-être que le port du masque en tissu, qui est quand même moins fiable que le chirurgical ou le FFP2, devrait être déconseillé à certains endroits comme dans les transports en commun ou dans une file à la caisse d’une grande surface", expliquait-il dans La DH.

Selon cette nouvelle étude, conduite par l’entreprise américaine de masques signs.com, les erreurs sont encore trop fréquentes lorsque l’on porte un masque. En effet, parmi les 1 000 personnes interviewées, 35 % ont avoué ne pas se laver les mains avant de mettre un masque et 43,7 % ont admis l’enlever sans se les nettoyer au préalable.

Une deuxième erreur fréquente consiste à ne pas laver le masque assez régulièrement. Selon cette étude, 44 % des personnes interviewées ont déclaré porter le masque plusieurs fois avant de le laver, le portant jusqu’à 9 jours consécutifs en moyenne. Une attitude dangereuse puisque, selon Sciensano, le masque doit être lavé après chaque utilisation.

Le masque, qu’il soit en tissu ou jetable, doit être changé toutes les 8 heures ou lorsqu’il devient humide ou visiblement sale.

Enfin, près d’une personne sur quatre ayant participé à l’étude admet avoir partagé son masque avec des proches. Une pratique évidemment fortement déconseillée par les experts. Toutes les recommandations pour porter son masque de manière efficace sont à retrouver sur le site du SPF Santé publique.