Cette réaction fait suite à la proposition du réseau flamand des pharmaciens (Vlaams Apothekersnetwerk) qui souhaitait permettre aux pharmaciens d'administrer le vaccin pour endiguer le coronavirus. L'Absym dit saluer "chaque main tendue en vue d'alléger la charge de travail des médecins". Mais l'association estime qu'autoriser les pharmaciens à vacciner au sein de leur pharmacie "comporte de graves risques sanitaires pour la population". "Vacciner est et reste un acte médical qui ne peut être posé que par des médecins ou du personnel infirmier sous la surveillance de médecins. En raison du risque potentiel d'effets secondaires, d'éventuelles contrindications ou complications, la présence d'un médecin est requise en vue de la pose rapide d'un diagnostic et d'un traitement médical adapté", précise l'Absym.

Cette dernière ajoute, en revanche, que les pharmaciens, "à condition qu'ils soient correctement formés dans ce but, pourraient prêter main forte en se voyant attribuer un rôle dans les centres de test ou dans d'autres structures dédiées à la vaccination à plus grande échelle. Un grand nombre de personnes en bonne santé y seront vaccinées sous la supervision de médecins et dans des conditions sûres".

L'Absym plaide pour que "le médecin généraliste prenne la place qui lui revient, à savoir la gestion de la campagne de vaccination".