Le virologue a déjà une idée des personnes qui devraient le recevoir en priorité. 

La course au vaccin contre le coronavirus s'accélère. Plus de 100 projets sont en lice dans le monde et une dizaine d'essais cliniques sont déjà en cours. Yves Van Laethem estime toutefois qu'un vaccin ne pourrait être disponible avant l'automne 2020 "au mieux". Le porte-parole interfédéral covid-19 insiste sur le fait que tout reste très "abstrait" pour le moment. "Personne n'a encore de données sur le premier vaccin qui va sortir, ses caractéristiques, etc", détaille le président de la section "vaccin" du Conseil supérieur de la santé, auprès de nos confrères de Sudpresse.

Il estime toutefois qu'une chose est déjà certaine. "Il n'y aura pas un vaccin pour tout le monde, confie M. Van Laethem à Sudpresse. Logique puisque l’on part de zéro et que tous les pays vont se ruer dessus !" Une première vague de vaccins pourrait ainsi arriver à l'automne et serait suivie d'une autre au début de l'été 2021. D'ici là, le porte-parole interfédéral plaide pour que soit établie une liste de personnes prioritaires. Il place déjà parmi celles-ci trois groupes au sein de la population belge. "Premièrement, les + de 65 ans, car 90 % des décès Covid-19 et admissions aux soins intensifs sont de cette tranche d’âge. Deuxièmement, les personnes atteintes d’hypertension ou de diabète, car 82 % des personnes décédées chez les – de 65 ans sont atteintes de telles maladies. Enfin. Le personnel soignant médical et paramédical, car il est aux premières loges et est essentiel pour nous soigner", conclut M. Van Laethem.