Santé Neige et froid incitent à un confinement qui fait le lit de l’épidémie de grippe.

Le froid, tant annoncé ces dernières semaines sous l’appellation de "vortex polaire", s’est donc enfin installé, précédant de peu l’arrivée, ce mardi, des premiers flocons de 2019. Ces températures négatives sont en soi plutôt défavorables aux virus et autres microbes qui préfèrent un chouïa de degrés positifs et une belle humidité de l’air pour se répliquer et prospérer.

C’est pourtant l’inverse qui risque de se produire, avec une poussée de grippe grâce à la chaleur humaine, le gel et la neige favorisant le confinement, dans les bâtiments bien au chaud mais aussi dans les transports en commun. Qui n’a pas préféré le train ou le bus, hier, pour éviter de se jeter en voiture sur les routes glissantes ? Quelques éternuements, trois tousseurs dans le métro et hop, un nuage de gouttelettes infectées dans la rame…

Il va falloir se protéger pour essayer de passer à travers l’épidémie de grippe dont le seuil - fixé à partir du moment où 140 personnes pour 100 000 habitants consultent le médecin avec des symptômes grippaux - pourrait être franchi aujourd’hui. "Nous n’avons pas encore atteint le seuil au CHU de Liège ces derniers jours, mais nous avons des échantillons positifs pour la grippe et nous nous préparons à l’épidémie", explique le Dr Christelle Meuris, médecin hygiéniste et infectiologue à l’hôpital universitaire liégeois. "Neige et grippe ne sont pas forcément liées, mais elles arrivent ensemble cette année et le fait de rester confiné est propice à l’épidémie. Il est recommandé de ne pas sortir et de rester à la maison si on est malade, de ne pas aller au contact, surtout dans des lieux où il y a des gens plus fragiles - des personnes âgées, des bébés - qui sont plus à risque de faire des complications de la grippe. De même, évitez de vous rendre à l’hôpital si vous êtes grippé ou signalez-le à l’accueil, on vous donnera un masque et un gel antibactérien pour les mains pour protéger les patients fragiles, notamment les patients ambulants greffés ou qui viennent en dialyse. L’hôpital ne doit pas être un amplificateur de l’épidémie."

Bon sens et respect des règles d’hygiène sont de mise : "Se moucher dans des mouchoirs en papier jetables, tousser et éternuer dans le creux de son coude et non dans sa main, et se laver les mains régulièrement avec du savon et en passant bien partout permettent de limiter la contagion", précise le Dr Meuris.

Sans oublier d’aérer régulièrement, même si "les gouttelettes infectées par la grippe se déposent vite, elles restent peu en suspend contrairement à la varicelle ou à la tuberculose. Il faut aussi savoir que la contagiosité n’est pas proportionnelle aux symptômes : une personne peut avoir l’air moins grippée qu’une autre et être plus contagieuse."

Si vous ne vous sentez pas "au bout de votre vie" et allez travailler, vous risquez donc quand même de contaminer tous vos collègues.