Ces protéines en forme de Y ont récemment refait les gros titres, car les anticorps générés par les vaccins ne sont pas aussi efficaces contre le variant Omicron que contre les précédentes versions du virus -- du moins pas sans une dose de rappel.

Pour lutter contre le virus, les anticorps s'attachent à la pointe de sa protéine spike, l'empêchant de l'utiliser pour pénétrer dans les cellules et ainsi rendre une personne malade.

Mais ils ne sont pas les seuls à combattre. En réalité, il s'agit d'"une réponse complexe et coordonnée, vraiment belle du point de vue de l'évolution", selon l'immunologue d'Harvard Roger Shapiro.

- "Tapis de bombes" -

Dans les minutes et les heures suivant l'intrusion du virus, des protéines sonnent l'alarme afin de recruter les gros bras du système immunitaire dit "inné".

Les premiers à entrer en action sont les neutrophiles, qui constituent 50 à 70% des globules blancs, et sont prompts à partir au combat mais aussi à mourir.

D'autres globules blancs, les macrophages, avalent les pathogènes et en rejettent de petites parties pour entraîner d'autres collègues plus affutés: ceux qu'on appelle de façon menaçante les cellules tueuses naturelles, et les cellules dendritiques, chargées de rassembler des informations.

"C'est comme tapisser la zone de bombes, en espérant faire autant de dégâts que possible chez l'envahisseur", compare John Wherry, immunologue à l'université de Pennsylvanie. "Et en même temps appeler le quartier général pour que les unités spécialisées se préparent."

Lymphocytes B et T: espions et assassins

Si l'assaillant n'est pas repoussé, le système immunitaire adaptatif entre en jeu.

Quelques jours après l'infection, les lymphocytes B ont identifié la menace et commencent à produire des anticorps.

La vaccination permet également d'entraîner en amont les lymphocytes B -- surtout à l'intérieur des ganglions de l'aisselle, près de l'endroit de la piqûre -- afin qu'ils se tiennent prêts.

Roger Shapiro les compare à des agents du renseignement, détenant des informations cruciales sur l'ennemi.

Le type d'anticorps le plus puissant, appelé "neutralisants", sont comme du chewing-gum placé au bout d'une clé: ils empêchent le virus de déverrouiller la porte de nos cellules.

D'autres types d'anticorps ne collent pas aussi bien, mais aident malgré tout en redirigeant le virus vers des cellules du système immunitaire, ou appelant à l'aide pour intensifier la réponse.

Partenaires clés des lymphocytes B, les lymphocytes T peuvent quant à eux être divisés en deux grandes catégories: les "auxiliaires" et les "tueurs", dits cytotoxiques.

Ces derniers "sont comme des assassins, ils attaquent les cellules qui sont infectées", explique Roger Shapiro. Mais ces assassins infligent aussi des dommages collatéraux.

Les auxiliaires jouent eux le rôle de "généraux", poursuit l'expert, rassemblant les troupes et les dirigeant vers l'ennemi, tout en encourageant les lymphocytes B à augmenter leur production d'anticorps.

Empêcher les cas graves

A cause du grand nombre de mutations sur la protéine spike chez Omicron, ce variant peut plus facilement échapper aux anticorps neutralisants, développés par un vaccin ou une infection passée.

La mauvaise nouvelle est que cela rend davantage susceptible de tomber malade. La bonne, c'est qu'il est plus difficile de tromper les lymphocytes T.

Ces derniers peuvent identifier, à l'intérieur des cellules infectées, les différentes composantes du virus durant son cycle de réplication, détaille John Wherry.

Ils sont donc bien meilleurs pour reconnaître l'adversaire, même si le déguisement enfilé par le virus lui permet de passer inaperçu auprès des anticorps.

Les lymphocytes T "tueurs" conduisent des missions commando, en creusant un trou dans les cellules et les faisant éclater, déclenchant des réactions qui permettent d'inclure dans la lutte des protéines inflammatoires, appelées cytokines.

En fonction de la rapidité de la réponse immunitaire, une personne vaccinée mais tombant malgré tout malade peut développer des symptômes légers similaires à un rhume, ou modérés comme une grippe. Mais le risque de développer un cas grave de la maladie est drastiquement réduit.

Ce qui n'empêche pas qu'une dose de rappel soit utile: elle fait monter en flèche la production de tous les types d'anticorps, et entraîne encore davantage les lymphocytes B et T.

"Omicron est inquiétant mais le verre est encore à moitié plein", positive John Wherry. "Il ne va pas totalement échapper à notre réponse immunitaire."